Si la démocratie c'est trop complexe, assumez la dictature !


Selon un sondage réalisé par l’IFOP pour l’Humanité, 67% des Français seraient favorables à l’organisation d’un référendum sur la réforme des retraites.

La très contestée réforme des retraites n’a pas fini de cristalliser les tensions. Rejetée par l’ensemble de l’opposition, elle est aussi inacceptable pour une majorité de français. À l’assemblée les débats font rage, et l’opposition tente de faire obstruction au projet grâce au dépôt de 22.000 amendements. Pendant ce temps, les grèves et les manifestations se poursuivent de semaine en semaine face à l’oreille sourde du gouvernement. Cette semaine, c’est l’idée d’un référendum qui a commencé à faire son chemin.

Une pétition pour réclamer un référendum

Plusieurs personnalités politiques ont ainsi lancé un appel dans le journal l’Humanité. Une pétition, qui commence à prendre de l’ampleur, a ainsi vu le jour. Vous pouvez d’ailleurs la signer ici.

Quelques jours plus tard, un sondage réalisé par l’IFOP indiquait que 67% des interrogés souhaiteraient la mise en place d’un référendum. Le chiffre grimpe même jusqu’à 84% pour les sympathisants de la France Insoumise, 76% pour ceux du Rassemblement national, et 69% pour les proches du Parti Socialiste. Sans surprise, le chiffre chute en dessous de la moyenne pour Les Républicains (54%) et devient même minoritaire pour les Marcheurs (45%). À chaque parti sa vision de la démocratie…

Un référendum réclamé aussi par des dirigeants politiques

Au-delà des sondés, on a aussi pu entendre de nombreux responsables politiques de tout bord réclamer ce référendum. Pour Jean-Luc Mélenchon, il n’y a pas de doute : « Soit ils retirent la réforme, soit ils proposent un référendum ! » Même son de cloche chez le vert Julien Bayou ou le communiste André Chassaigne : tous deux ont rejoint l’appel lancé par l’Humanité. On se souvient aussi qu’en décembre dernier, Marine Le Pen demandait elle aussi un référendum. Même pour Cédric Villani, favorable à la réforme, « à la fin, pour que ce système, pour que ces retraites soient bien acceptées, pour que toute la population s’en saisisse, il nous faut un référendum ».

56% des français contre la réforme

D’après le même sondage, une bonne majorité des Français voteraient contre cette réforme si un référendum était mis en place. Parmi les plus hostiles on retrouve les partisans de La France Insoumise (86%), du Parti Socialiste (73%), et du Rassemblement national (66%). En revanche, les sympathisants des Républicains et de En Marche, sont eux très favorables à cette réforme (à 65 et 85%).

Pour la Macronie, pas question d’un référendum

Lorsqu’il est question de défendre la démocratie par de belles phrases, on peut toujours compter sur les membres d’En Marche. En revanche, lorsqu’il faut passer aux actes, il y a moins de monde. En effet, pour le patron du mouvement, Stanislas Guérini, organiser un scrutin n’est « pas pertinent ». Selon lui « la réforme des retraites était au cœur du programme présidentiel » et ne « nécessite pas de référendum ». Le député oublie sans doute qu’Emmanuel Macron avait promis de ne pas toucher à l’âge du départ à la retraite, ce qui se produira mécaniquement avec l’âge pivot. Il oublie aussi que l’élection d’un président ne signifie pas nécessairement que la majorité des Français approuvent toutes ses décisions…

Trop compliqué pour que les Français votent selon Sibeth Ndiaye et le MEDEF

La porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye ne s’est pas montrée plus favorable à cette idée. Pour elle « c’est un sujet compliqué et répondre “oui” ou “non” c’est un peu rapide ». Le patron du MEDEF, Geoffroy Roux de Bezieux, a affirmé exactement la même chose. Pour lui, cette proposition est « un exemple de démagogie politique ». Il explique ainsi que «  C’est un sujet complexe, sur lequel on ne peut pas répondre par oui ou par non » avant d’ajouter que le référendum « est une mesure qui peut s’appliquer à des questions simples ».

Lorsque l’on sait que les Français n’ont été appelés à s’exprimer par référendum qu’à dix reprises depuis 1958, on peut penser que pour nos dirigeants libéraux, peu de questions sont assez simples pour que l’on puisse nous les poser… D’ailleurs, lors du dernier référendum, en 2005, les Français avaient apparemment mal répondu… Preuve en est que la démocratie est vraiment trop compliquée pour le petit peuple. Peut-être que, comme l’avait suggéré notre bon président, nous devrions « aller en dictature » ?

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments