L’Europe en berne, la santé plébiscitée, quelles seront les priorités des Français pour le monde d’après ?


Depuis la crise, certains voient le monde sous un nouveau jour...


Plusieurs sondages parus ces derniers jours semblent indiquer certaines tendances sur les nouvelles priorités des Français. La santé arrive en tête et la défiance envers l’Europe est elle de plus en plus forte.

Avec le déconfinement en vue, de plus en plus de gens évoquent « le monde d’après ». Que ces déclarations partent d’un sentiment sincère de passer à autre chose ou bien qu’ils fassent partie d’une vaste campagne de communication pour continuer comme avant, la prise de conscience de beaucoup de Français semble bien réelle.

L’importance des services publics

Avec cette crise, énormément de citoyens ont pris conscience de l’importance du service public. Les chantres de la privatisation se sont tus et le terme « nationalisation » n’est plus un gros mot. Selon un sondage de l’Ifop pour le JDD, 90% des citoyens jugeraient prioritaire (+9%) ou importante la sauvegarde des services publics.

La santé au coeur des débats

Si un tel changement de paradigme a pu se produire c’est en partie à cause des difficultés rencontrées par les services de santé. Depuis 2018, la santé était déjà devenue la première préoccupation des Français, selon le baromètre Paul Delouvrier. Avec la crise, bon nombre des gens ont pris conscience du manque de moyens des services de santé pourtant en lutte depuis des années. Ce sont ainsi 98% des sondés par l’Ifop qui placent la santé comme prioritaire ou importante.

Le pessimisme règne sur le pays

Mais si l’on en croit les chiffres de l’Ifop, les Français croient très peu en l’avenir. 71% des interrogés se déclarent ainsi pessimistes. Le gouvernement n’est sans doute pas étranger à cette inquiétude, puisque 66% jugent les dirigeants Français de mauvaise qualité. La gestion de la crise semble d’ailleurs contestée au sein même de la majorité parlementaire…

Une volonté d’évolution du monde du travail

Alors que les libéraux et le grand patronat réclament plus de travail des salariés, les français semblent près à s’y résoudre ; 68% d’entre eux accepteraient de faire un effort. La relocalisation des productions stratégiques (91%) fait ainsi partie des options les plus souhaitées, s’inscrivant dans une volonté d’indépendance. Le télétravail semble également avoir le vent en poupe, et la crise pourrait bien démontrer ses avantages aux salariés mais aussi aux entreprises

La peur du déconfinement

Alors que le déconfinement va débuter ce lundi 11 mai, une majorité de Français reste prudents à son égard. La réouverture des écoles (65%) et l’organisation des transports en commun (62%) suscitent l’inquiétude des citoyens. 55% des Français auraient même d’ores et déjà renoncé à leur vacances estivales.

Sécurité, environnement et lutte contre l’immigration reculent

Si le chômage et le pouvoir d’achat sont toujours en bonne place dans les priorités des Français, certains thèmes souvent plébiscités ne semblent plus aussi prioritaires aujourd’hui. Sujets favoris de LR et du RN, la lutte contre l’immigration clandestine et la sécurité (–15%) sont en nette baisse. L’écologie qui semblait avoir le vent en poupe au début de l’année accuse elle aussi un léger recul (-6%).

La confiance en l’Europe s’écroule

Incapable de mettre en place la solidarité entre nations, l’Union Européenne ne fait plus recettes. Selon Kantar, la France est l’un des pays les plus eurosceptique de l’UE. Ainsi, 58% des sondés ne font pas confiance à cette institution. Seule la Grèce montre une plus grande défiance. D’après l’Ifop, l’Europe est même devenue secondaire pour 40% des sondés. La gestion de la crise y est pour beaucoup : 69% des Français jugent que l’UE n’a pas été à la hauteur d’après Elabe. Le pouvoir à l’échelle locale a en revanche la préférence de 66% des français. Des chiffres qui ont comme un parfum de démocratie…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de