Désintox : non, l’emploi ne dépend pas des riches


Il est temps d'arrêter de sanctifier les grandes fortunes


À en croire la petite musique néolibérale, l’emploi serait directement corrélé au bon vouloir des riches. La réalité est pourtant tout autre.

Du côté des néolibéraux, on nous a joué cent fois cette partition. Si nous autres, misérables gueux avons la chance de travailler, c’est grâce aux courageux entrepreneurs qui auraient pris d’énormes risques par pure bonté. Pourtant, dans les faits, c’est la consommation qui créé l’emploi.

Au cœur de la théorie du ruissellement

Les mêmes arguments sont constamment rabâchés par les néolibéraux : il ne faut surtout pas toucher aux riches ou le chômage s’abattra sur nous. Au contraire, les laisser prospérer nous permettra de récupérer les miettes de leur fortune ; c’est la fameuse théorie du ruissellement si chère à ce courant de pensée et mise en place par Emmanuel Macron.

Ne seriez-vous pas un peu jaloux ?

Selon l’idéologie gouvernementale, nos milliardaires à la tête des grands groupes feraient même vivre des milliers de gens. Remettre en cause leur toute puissance ne serait que le symptôme d’une profonde jalousie. Il suffirait pourtant de se lancer, et en faire autant, non ? Comment ne pas admirer les risques pris par ces audacieux entrepreneurs ?

Gavés d’argent public, les riches ont pourtant supprimé des emplois

Dans le monde réel, pourtant, la plupart les ultra riches ne sont pas partis de rien. En France, la majorité d’entre eux a pu se reposer sur un solide héritage. De plus, les investissements faits par ces grandes fortunes ne représentent souvent pas grand-chose à l’échelle de leur capital. Nous avons eu la démonstration parfaite de cette réalité avec le CICE, et la suppression de l’ISF. En effet, gavées d’argent public fourni par l’État, les grandes entreprises n’ont non seulement pas investi plus, mais elles ont même supprimé des emplois.

« De quel droit une infime minorité pourrait-elle décider du sort des autres ? »

« Et quand bien même le mythe du riche qui « crée des emplois » et fait vivre des milliers de salariés serait vrai, n’y aurait-il pas là quelque chose de justement scandaleux et de très archaïque, rappelant le paternalisme des propriétaires d’usines et de mines du XIXe siècle ? De quel droit une infime minorité pourrait-elle décider du sort des autres, de leur emploi et de leurs salaires ? Qui peut se satisfaire d’une société où l’emploi serait comme une aumône pour laquelle on supplie un patron « grand seigneur » ? » questionne par ailleurs Maxime Cochard, conseiller PCF de Paris.

Une bonne histoire pour ne pas remettre en cause certains privilèges

Si l’on nous rabâche à longueur de journée la bienveillance et la nécessité des riches, c’est justement pour nous faire accepter l’idée qu’ils sont essentiels à la société. Comment autrement pourrions nous accepter que 26 personnes dans le monde détiennent autant que la moitié de l’humanité ? Comment pourrions nous également accepter la suppression de l’ISF, l’instauration de la Flat Tax et les multiples cadeaux qu’Emmanuel Macron ne cesse de faire aux plus riches ?

LIRE AUSSI > Face à la crise, la Macronie refuse toujours de taxer les plus riches

Les riches augmentent et l’emploi chute

La preuve la plus simple de l’échec de toutes ces théories néolibérales reste sans doute l’augmentation du chômage (même si le gouvernement tente de faire croire l’inverse en truquant les chiffres) conjuguée à l’immense expansion des grandes fortunes. Si l’on suit la logique libérale, le chômage aurait dû s’effondrer en même temps que les riches accumulaient de l’argent. Or, c’est tout le contraire qui s’est produit.

La consommation véritable origine de l’emploi

Le point crucial, c’est que contrairement à ce que des décennies de propagande nous ont enfoncé dans le cerveau, ce ne sont ni les riches ni mêmes les entreprises qui sont sources d’emplois. Au contraire, les emplois apparaissent grâce aux consommateurs. Sans eux, il n’existerait aucune demande pour les entreprises, et donc aucun emploi. Mais on pourrait penser que, même par ce biais, les riches consomment plus que les pauvres et donc participent plus à la création de l’emploi.

Les pauvres consomment plus que les riches

Si de façon absolue, un riche consomme en effet plus qu’un pauvre, il en est tout autre si l’on compare la consommation proportionnellement au capital. « Le revenu annuel de gens comme moi équivaut à des centaines, si ce n’est des milliers de fois à celui d’un Américain moyen. Ce qui ne veut pas dire que l’on consomme mille fois plus. Ma famille possède trois voitures, et pas trois mille. » avoue lui-même le milliardaire et entrepreneur américain Nick Hanauer.

Augmenter les salaires des plus pauvres pour s’attaquer au chômage

C’est donc bien une politique de relance qui aurait toutes ses chances de faire baisser le chômage. Augmenter le SMIC permettrait par exemple aux moins aisés de consommer plus et donc de remplir les carnets de commandes des entreprises. De même, l’état pourrait investir directement dans l’emploi au lieu de faire des cadeaux aux plus fortunés en espérant qu’ils veuillent bien nous accorder leurs investissements. Combien d’emplois dans le secteur public le gouvernement pourrait-il par exemple payer avec l’argent du CICE ou de l’ISF ? Il est grand temps de changer de paradigme.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Ysengraine
7 mois il y a

Merci. ENFIN la vérité !
Les riches, oligarques, ploutocrates, et toutes ces zélites du fric ne sont que des parasites, entourés de larbins volontairement serviles, vivant sur le dos du reste du monde asservi sans son accord et même à son insu car complètement conditionné (abruti)…
À voir absolument, pour comprendre le merdier dans lequel nous nous trouvons, un excellent documentaire “L’ENCERCLEMENT” (3 HEURES, mais avec la deuxième vague de confinement, on va avoir le temps…)
https://youtu.be/SkdwB9qZVoA

théron simone-laure
7 mois il y a

Effectivement je pense que si on passait le smic à 2000 euros net pour 35 h, la relance se ferait seule. Les gens consommeraient plus et feraient repartir l’économie. Pour de multiples raisons on vous dira que ce n’est pas possible. Bien sûr, ce sont ceux qui gagnent 5000 euros par mois et beaucoup plus très souvent (bac + 10) qui trouvent que le smic à 2000 euros pour les travailleurs est impossible à appliquer. Essayons et on verra que j’avais raison et que la France ne s’en trouvera
pas plus mal qu’actuellement.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account