Privé d’électricité, de carburant, et de gouvernement, le Liban se trouve au bord du gouffre


Le pire reste à craindre...

Auteur :

Le Liban est dans l’obscurité la plus totale. Le pays affronte actuellement une crise humanitaire sans précédent. Sans électricité ni carburant, l’économie tourne au ralenti et la pauvreté s’accentue.

Black-out total

Un peu plus d’un an après l’explosion du port de Beyrouth, le pays semble s’enfoncer encore plus dans le chaos. Le Liban fait effectivement face à une crise économique et financière jamais vue. Les services publics, à bout, ne peuvent plus fournir d’électricité. La région d’Akkar située à la frontière syrienne en a fait les frais. La ville, déjà victime le 15 août dernier de l’explosion d’une citerne d’essence causant la mort d’une trentaine de personnes, est désormais coupée du monde depuis le 17 août. Coutumier des coupures d’électricité, les habitants ne pourront pas non plus compter sur les générateurs de secours. En effet, au pays du Cèdre sévit également une pénurie de carburants et une hausse des prix. Cette situation tend à s’élargir sur tout le territoire si bien que les hôpitaux, publics comme privés, craignent de devoir se mettre à l’arrêt.

 

78% de la population vit sous le seuil de pauvreté

La livre libanaise s’indexe sur le dollar, et les réserves de la devise américaine sont actuellement au plus bas. Pour faire face à cette situation, les banques ont décidé de limiter les retraits et les transferts en dollars depuis novembre dernier. La monnaie a ainsi chuté à 20.000 livres libanaises pour un dollar au marché noir. En 2019, elle était à 1.500.  Le résultat est catastrophique pour la population locale. Le salaire minimal a ainsi perdu 90% de sa valeur et 35% de la population subit le chômage. 75% des Libanais vivent maintenant sous le seuil de pauvreté, alors que le prix des produits de première nécessité a quadruplé. Conséquence, les ménages dépensaient en juillet dernier, jusqu’à cinq fois le salaire minimum pour leurs seuls besoins alimentaires.

LIRE AUSSI > MACRON VEUT OBLIGER LE LIBAN À SUIVRE SA FEUILLE DE ROUTE DE RÉFORMES

Le carburant se revend sur le marché noir

Mais comme dans chaque situation de crise, une minorité tente de profiter de la situation. Certains font ainsi des réserves de carburant dans le but de le revendre au marché noir. En effet, l’or noir reste pour le moment subventionné par l’État, mais au vu de la crise actuelle, il ne le sera peut-être plus pour longtemps. 200.000 litres de mazouts et 130.000 litres d’essence destinés à être revendu illicitement ont déjà été saisis par l’armée libanaise. Les militaires forcent par ailleurs les stations-service à épuiser leurs stocks pour éviter toute revente illégale. D’après Hala Bejjani, militante politique libanaise, « tous les partis politiques sont impliqués dans ces opérations de contrebandes et de vol d’essence ».

LIRE AUSSI > LIBAN : FACE À LA CRISE, LE GOUVERNEMENT ABDIQUE

Des politiciens véreux

La situation ne s’arrangera pas sans décision de la part de l’État libanais. Depuis presque un an, le Liban est en roue libre. D’après Agnès Levallois vice-présidente de l’iReMMO (Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient), la classe politique tente de maintenir un système qui sert ses intérêts personnels, au détriment de la population. Arrivé au pouvoir en janvier dernier, Hassan Diab promet des changements qui se font désirer. « Les réformes à adopter sont connues, mais [le système politique] est une vache à lait qui rapporte tellement à quelques partis politiques que les réformes sont reportées aux calendes grecques depuis déjà une dizaine d’années » déplore Karim Emile Bitar, directeur de l’Institut des Sciences Politiques de l’université se Sant-Joseph de Beyrouth.

Le pays connait des contestations populaires depuis l’automne 2019. Mais le manque de cohésion et de front commun a empêché la population d’avoir un vrai poids face à une machine politique bien ancrée. Le peuple libanais parviendra-t-il à s’extirper de cette situation plus que délicate ?

Affaire à suivre…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account