Whirlpool : malgré ses fausses promesses, Macron fuit ses responsabilités face aux ex-salariés


Ils étaient pourtant bien utiles durant la présidentielle de 2017 !

Auteur :

Emmanuel Macron a annoncé devant neuf anciens salariés du groupe Whirlpool que l’échec de la reprise n’était pas de son ressort, minimisant ainsi sa responsabilité.

Ce lundi 22 novembre, deux ans après sa dernière visite, Emmanuel Macron s’est déplacé à Amiens, auprès d’anciens salariés de l’usine Whirlpool. À cette occasion, le président est revenu sur l’échec de la reprise du groupe. Le chef d’État y a tenu un discours le dédouanant de toute responsabilité.  « Ça montre que malheureusement la bonne volonté ne suffit pas. On s’est parfois fait prendre pour des imbéciles. On s’est parfois fait avoir collectivement » expliquait-il. Durant l’entre-deux tours de la présidentielle, Emmanuel Macron assurait pourtant vouloir à tout prix sauver les emplois. Une ancienne salariée a d’ailleurs fait part de son renoncement à Emmanuel Macron lors de l’échange : « la dernière année a été tellement difficile, on nous a tellement menti. J’ai du mal à en parler, ça a été terrible ».

LIRE AUSSI > POURQUOI LA RELOCALISATION EST DEVENUE UNE ABSOLUE NÉCESSITÉ

Utiles pendant la présidentielle et délaissés par la suite

La rencontre d’Emmanuel Macron avec neufs des anciens salariés de Whirlpool a été dévoilé par François Ruffin sur Twitter. Le député LFI a déclaré sur France Bleu Picardie qu’il « a fallu insister très fort » pour que cette rencontre se fasse. En effet, le chef de l’État avait déjà promis de revenir sur les lieux un an maximum après sa dernière visite en novembre 2019 pour le suivi du dossier. Une promesse qui, comme beaucoup d’autres, n’a pas été tenue.

Les difficultés des salariés de l’usine d’Amiens

Le site avait déjà fait l’objet de plusieurs plans sociaux ces dernières années. Entre 2002 et 2017, les effectifs ont ainsi été ramenés de 1 300 à 290 personnes. La société a finalement fermé ses portes en 2018, à la suite de la délocalisation de sa production de sèche-linge en Pologne. Trois plans de licenciements ont eu lieu après les échecs des deux repreneurs. 162 salariés sur 278 ont été repris par la société WN. Mais l’entreprise a été placée en liquidation judiciaire en juillet 2019. Le deuxième repreneur Ageco a connu le même sort. La DRH du groupe a précisé que sur « les 278 salariés initiaux, seuls restent à date 43 personnes à qui il faut trouver une solution ».

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account