Ça sent pas bon !


Dans la nuit du 02 au 03 janvier 2020, sur ordre direct de Donald Trump, l’aviation américaine a bombardé un convoi aux abords de l’aéroport de Bagdad en Irak. Cette attaque ciblée a provoqué la mort du général iranien Qassem Soleimani,  considéré comme le numéro deux du régime. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a promis de venger sa mort. Le niveau de tension entre Téhéran et Washington vient encore de monter d’un cran.

Le général iranien Qassem Soleimani a été tué cette nuit lors d’un bombardement ciblé tout près de l’aéroport de Bagdad en Irak. L’opération venait d’un ordre direct de Donald Trump, sans l’avis du congrès américain, en représailles de l’attaque survenue à Bagdad contre l’ambassade américaine le 31 décembre dernier. Qassem Soleimani était chef de la force al-Qods, la branche armée des gardiens de la révolution, une organisation paramilitaire de la République islamique d’Iran. Il était chargé des opérations extérieures et responsable iranien pour l’Irak. Il se trouvait à Bagdad pour superviser la formation du nouveau gouvernement.

Téhéran promet vengeance

Le Pentagone et les autorités locales ont confirmé sa mort. « Sur ordre du président, l’armée américaine a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel américain à l’étranger en tuant Qassem Soleimani. Le Général Soleimani préparait activement des plans pour attaquer des diplomates et des militaires américains en Irak et à travers la région » pouvait-on lire dans un communiqué du ministère américain de la défense. Dans le communiqué il est également précisé que le Général Soleimani et sa force al-Qods étaient responsables de la mort de centaines d’américains et de membres de la coalition. De son côté, Donald trump a réagi en publiant un tweet avec le drapeau américain, sans le moindre commentaire.


Les réactions n’ont pas tardé du côté de Téhéran où 3 jours de deuil national ont été décrétés. «Les Gardiens de la révolution annoncent que le glorieux commandeur de l’Islam, Haj Qassem Soleimani, au terme d’une vie de servitude, est mort en martyr dans une attaque de l’Amérique contre l’aéroport de Bagdad ce matin», a déclaré l’armée idéologique de la République islamique à la télévision d’Etat iranienne. Également sur Twitter, Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a pour sa part appelé à la vengeance. « Si Dieu le veut, son œuvre et son chemin ne s’arrêteront pas là, et une vengeance implacable attend les criminels qui ont empli leurs mains de son sang » peut-on notamment lire.


Au moins 8 autres personnes ont trouvé la mort, selon les services irakiens de sécurité. Au cours du raid, Abou Mehdi al-Mouhandis a également été tué. Il était le numéro deux du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-iranienne formée pour lutter contre les djihadistes et désormais intégrée aux forces de sécurité irakiennes.

Une mort diversement accueillie dans le monde

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a publié une vidéo montrant, ce qu’il présente comme des irakiens, dansant dans la rue pour célébrer la mort du général.


« J’apprécie l’action courageuse du président Donald Trump contre l’agression iranienne », a salué quant à lui sur Twitter l’influent sénateur républicain Lindsey Graham.

L’opposition démocrate s’est publiquement insurgée : « Le président Trump vient de jeter un bâton de dynamite dans une poudrière, et il doit au peuple américain une explication », a dénoncé l’ancien vice-président Joe Biden, en lice pour la primaire démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre prochain. Un autre élu démocrate, Eliot Engel, a insisté sur le fait que le Congrès américain n’a pas été prévenu de l’attaque. « Mener une action de cette gravité sans impliquer le Congrès soulève de graves problèmes légaux et constitue un affront aux pouvoirs du Congrès », a-t-il écrit dans un communiqué.

A l’international, la Chine a fait part de sa «préoccupation» et a appelé au «calme» quand la Syrie a dénoncé  une «lâche agression américaine». Mme Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, a déclaré sur Facebook :

«Outre une escalade des tensions, qui frappera certainement des millions de gens, ceci ne mènera [à rien, ndlr ]»

Les dirigeants irakiens ont condamné l’attaque. Le premier ministre, Adel Abdel Mahdi, a parlé d’assassinat, ajoutant que la frappe américaine constitue une atteinte flagrante aux conditions de la présence américaine en Irak. Il a même affirmé que le raid américain engendrera une guerre dévastatrice dans son pays.

Dernière minute, l’ambassade américaine à Bagdad vient d’appeler ses ressortissants à quitter l’Irak immédiatement. Les Américains sont appelés à partir par avion tant que cela est possible, (alors que le raid a eu lieu dans l’enceinte même de l’aéroport de Bagdad), sinon vers d’autres pays par voie terrestre. Ce nouvel épisode pourrait définitivement faire basculer les rapports entre Téhéran et Washington. Le risque d’un nouveau conflit armé dans la région est réel.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
6 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
prince
6 mois il y a

l’Iran cherche a s’instaler en Syrie pour attaquer Israël et Trump combat avec Israël pour les en empêcher. L’Iran qu’il reste cher eux et rien va leur ARRIVER,

Steph
6 mois il y a
Reply to  prince

Et les américains ils restent chez eux?
Après avoir créer Daesh, ils tuent ceux qui les ont combattu et qui mettent en place le nouveau régime irakien. Si ça n est pas une magnifique preuve qu ils veulent que le bordel prospère dans la region.

Prince, ton commentaire est tellem