La SNCF risque de perdre sa première ligne TER au profit d’une entreprise privée


Que les ennuis commencent

Auteur :

La ligne ferroviaire qui relie Nice à Marseille sera possiblement exploitée d’ici 2025 par l’entreprise privée Transdev. C’est la première fois que la société nationale peut potentiellement perdre son monopole sur le réseau français. 

Suite à un appel d’offres, les élus de la région PACA ont retenu la société privée Transdev pour assurer la liaison entre Marseille et Nice.  L’entreprise promet de doubler le nombre d’aller-retour sur la ligne, tout en gardant les mêmes tarifs.

Un sentiment partagé

Pour autant, l’arrivée de cette ligne privée ne semble séduire que ses instigateurs. De leur côté, les usagers restent sceptiques et les professionnels du secteur ainsi que les syndicats se montrent préoccupés. En effet, les cheminots « volontaires » (soucieux d’éviter le chômage) passeront sous statut Transdev. Mais leurs futures conditions de travail inquiètent.

C’est ce que confirme Rémy Hours, secrétaire général de la CGT cheminot à Marseille, qui craint de voir « des conditions de travail dégradées, des rémunérations dégradées, un niveau de formation qui ne sera peut-être pas suffisant, et derrière la sécurité de la circulation qui peut être remise en cause ». En revanche, certains élus, la mise en concurrence de plusieurs opérateurs devrait bénéficier aux usagers au niveau des prix, mais également concernant l’innovation du service. Des affirmations déjà lourdement remises en cause par de nombreux observateurs.

LIRE AUSSI > MACRON OUVRE LA VOIE À LA PRIVATISATION DES ROUTES NATIONALES

L’exemple britannique

Si en France il est trop tôt pour déterminer l’impact de la privatisation, on peut toutefois observer l’exemple britannique. La ligne ferroviaire de Grande Bretagne a, en effet, été privatisée en 1993. En 20 ans, le prix des billets a augmenté de 117%. De plus, l’investissement des opérateurs privés dans les infrastructures s’est réduit à 1% du total de l’argent engagé dans le ferroviaire. Cette expérience a laissé un goût amer aux britanniques. Si bien que certaines concessions ont été renationalisées en 2018. Aussi, la (future) entreprise nationale Great British Railways assurera la supervision de la totalité du réseau ferroviaire du pays dès 2023.

Une directive de l’Union européenne

Pour rappel, le Parlement adoptait en 2018 le Pacte ferroviaire, permettant la mise en concurrence de la SNCF. Une libéralisation du rail imposée par l’Union européenne. Les élus décideront du sort de la ligne ferroviaire Nice-Marseille le 29 octobre prochain. Après les autoroutes, EDF-GDF,  la FDJ, c’est (entre autres) au tour du réseau ferroviaire français de se voir privatisé pour alourdir un peu plus le portefeuille des actionnaires.

Et le pire reste à craindre.

Le Média pour Tous


À voir aussi sur le sujet :

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
jeremy Berhault
18 jours il y a

Le début d’un dépouillement de notre économie. Et personne ne se bat contre cet esclavage Néo-libéral. Déjà que nos autoroutes paient des actionnaires américains à 49% mais alors là !!!… On va le payer cher dans notre manque à gagner. Et de surcroît, les usagers vont bander à l’idée de payer moins cher les billets pendant un temps, pendant que des disparités vont se former année par année dans la prise en charge de nos lignes ferroviaires, dans la sécurité et l’hygiène des trains en eux-mêmes (certaines qui rapportent seront probablement entretenues, pendant que d’autres vont mourir fautes d’avoir un… Lire la suite »

Last edited 18 jours il y a by Jeremy_philow
GDAT
12 jours il y a

« et j’ai pas parlé assez des salariés qui vont devoir devenir productifs »

Là, effectivement, c’est un scandale ignoble

Emmanuel Macron
18 jours il y a

C’est un tour de passe passe de l’état pour licencier et augmenter ces profits transdev appartient à la caisse des dépôts et consignations ils ce servent du racket du peuple via les amendes pour défaire la protection du travailleur sncf
La caisse des dépôts et consignations ce sert ensuite des fonds obtenus pour financer des start up licornes
A coup de milliards et l’argent disparaît au profit de leurs actionnaires
C’est de l’escroquerie et du détournement de fonds public tout sa sous la bénédiction de Macron !

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account