Dans la rivière de l’Aisne, une usine du géant Nestlé a tout dévasté sur plusieurs kilomètres


Encore un crime qui restera impuni ?


L’Aisne a été massivement polluée par une usine Nestlé dans les Ardennes. Plusieurs milliers de poissons sont morts asphyxiés.

C’est un véritable carnage qui a eu lieu sur la petite commune de Brécy-Brières. Dans l’eau des milliers de poissons flottent, morts. La scène parait surréaliste. « C’est incroyable, en vingt-cinq ans de présidence, c’est la première fois que je vois une pollution aussi importante » a raconté à France 3, Daniel Drivière président de la société de pêche locale. « Il va falloir dix ans pour retrouver autant de poissons » a-t-il ajouté, désabusé.

Une catastrophe écologique

« Sur 6 à 8 km, tout a été dévasté » a constaté Michel Adam, président de la fédération de pêche des Ardennes. Aucune espèce n’a été épargnée par le désastre. Parmi elles, certaines espèces protégées se trouve également concernées. C’est par exemple le cas de la lamproie et de l’anguille. Des poissons qui pourraient mettre une quinzaine d’années avant de réapparaître dans les environs. C’est au final tout un écosystème local qui a été décimé. Pendant trois jours, les acteurs locaux ont ainsi sorti de l’eau pas moins de trois tonnes de poissons morts. Et il en reste encore.

Attaqué en justice, Nestlé se cherche des excuses

La fédération de pêche a d’ores et déjà déposé plainte contre la multinationale suisse, première entreprise agroalimentaire au monde. L’incident à l’origine de la catastrophe s’est produit dimanche dernier dans la station d’épuration de l’usine Nestlé, chargée de fabriquer du lait pour des dosettes nescafé. Les responsables ont tout de suite reconnu un « débordement ponctuel et involontaire d’effluents de boues biologiques, sans présence de produits chimiques ». S’excusant du bout des lèvres, le directeur de l’usine, Tony Do Rio, a néanmoins tout de suite cherché à tempérer la situation.

« Notre station d’épuration rejette de l’eau claire dans l’Aisne. On ne sait pas dans quelle mesure nous avons contribué à cette pollution. Son origine peut être variée. Il faut savoir qu’à cet endroit, le niveau de l’Aisne est déjà très bas et qu’avec la chaleur, la quantité d’oxygène contenue dans l’eau est très faible. Nous attendons les résultats de notre enquête interne. Mais nous nous assurons que ce que l’on rejette soit parfaitement propre » a assuré le responsable de la fabrique.

Une pollution difficile à éliminer

Si le manque d’oxygène dans l’eau est bel et bien la cause de la mort des poissons, la responsabilité de Nestlé parait néanmoins indéniable. La seule bonne nouvelle concerne l’eau potable locale qui ne se voit pas touchée, comme l’a assuré la préfecture. À présent, « L’objectif est de stopper la pollution de l’Aisne en amont de Vouziers » a informé Christophe Hériard, secrétaire général de la préfecture des Ardennes. « La lutte contre la propagation de la pollution s’avère compliquée car elle est assez diluée du fait de la sécheresse et de l’absence de courant. Nous nous efforçons de réoxygéner cette eau », a-t-il ensuite précisé.

La tout puissant Nestlé, l’un des plus gros pollueurs au monde

Il faut dire que pour Nestlé, l’environnement reste une préoccupation très lointaine derrière le profit. Avec un chiffre d’affaire dépassant les 91 milliards par an, l’entreprise est aussi la plus grosse pollueuse au niveau des plastiques, juste derrière Coca-Cola. Elle est également très souvent pointée du doigt pour sa surexploitation de l’eau de source, et notamment à Vittel. Enfin, la multinationale ne soucie guère non plus de la déforestation due à l’utilisation massive de l’huile de palme dans sa production. Un vrai champion de l’écologie…

LIRE AUSSI > Coca-Cola : ou comment l’un des plus gros pollueur au monde fait chanter ses adversaires

Pas grand-chose à craindre pour l’Empire Nestlé

Dans tous les cas, comme nous avons pu le constater lors de l’affaire Lubrizol, l’État a souvent fait preuve d’un grand laxisme face aux grandes entreprises pollueuses. Sans parler des faibles taxes sur les multinationales, on ne peut que constater le niveau ridicule des sanctions infligées aux plus gros pollueurs. Sans préjuger de la suite des évènements, Nestlé devrait se sortir sans trop de mal de cette affaire. Et c’est encore la vie la grande perdante de l’histoire.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
dominique maillery
1 année il y a

boycot, je vois pas d’autre solution. en plus, ils vendent que de la merde, c’est de l’industriel +++
donc, pas la peine de s’indigner, quand on achète leurs produits. faut être cohérent
perso, à part le félix qu’il m’est arrivé d’acheter en dépannage, j’ai l’immense plaisir de constater que je n’achète jamais aucune marque répertoriée sur le tweet de lisette. et croyez moi, ça ne me manque pas, et je ne manque de rien !

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account