Un milliardaire peut en cacher un autre...

Auteur :

La campagne américaine en vue de l’élection à la Maison Blanche en novembre prochain vient de débuter officiellement, avec le premier vote des primaires Démocrates dans l’Iowa, il y a deux jours. Deux faits sont à noter. Le comptage des votes a été laborieux, et c’est Pete Buttigieg, loin d’être le grand favori qui a remporté ce premier scrutin. Côté Républicains, le Président Donald Trump attend quant à lui, la décision du Sénat concernant son procès en destitution. Un résultat qui selon toute vraisemblance lui sera favorable. Il devrait donc affronter le vainqueur de ces primaires dans quelques mois. 

Selon des résultats partiels, le trentenaire et peu connu Pete Buttigieg a créé la surprise dans les premières primaires démocrates pour la présidentielle américaine, en prenant l’avantage d’une courte tête dans l’Iowa sur les principaux favoris. Parmi ceux-ci, le sénateur Bernie Sanders arrive deuxième, et Elizabeth Warren troisième. L’autre surprise vient du mauvais score de Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama, qui arrive seulement quatrième, alors qu’il domine les sondages au niveau national.

Dans cette course à l’investiture Démocrates, les candidats doivent obtenir 1.990 délégués au gré des votes dans les différents États américains.  Avec ce premier vote dans l’Iowa, Buttigieg et Sanders en obtiennent dix, et Warren quatre. Les autres candidats restent à zéro. D’ailleurs, les candidats ont vite rejoint le New Hampshire, qui votera le 11 février. Pete Buttigieg, sur un nuage, a célébré une « victoire stupéfiante », soulignant qu’il était parti de presque zéro l’an dernier, avec « quatre salariés, aucune notoriété, pas d’argent, seulement une belle idée ». À l’opposé, l’ex-Maire… Républicain de New-York, le milliardaire Michael Bloomberg, prépare son entrée en jeu. Candidat tardif à l’investiture Démocrate, il n’a pas participé à ce premier vote. Il ne devrait entrer en lice que le 3 mars prochain, lors du « Super Tuesday » où les électeurs de seize États seront appelés à se prononcer. La course ne fait que commencer pour désigner le futur adversaire de Donald Trump.

Michael Bloomberg, neuvième fortune mondiale, est candidat face à Trump

Un Premier vote qui tourne au Fiasco

Ce premier scrutin des primaires Démocrates a été d’un point de vue organisationnel un fiasco, selon bon nombre d’observateurs.  La faute, à un manque de résultats officiels dû à un bug informatique. Alors que l’application censée permettre de connaître rapidement les résultats du vote n’a pas fonctionné correctement, les candidats démocrates ont annoncé eux-mêmes leurs résultats. Le Sénateur Bernie Sanders s’est d’ailleurs revendiqué dans un premier temps en tête. Le Parti a néanmoins écarté tout risque de fraude.

L’Iowa est un petit Etat rural qui s’exprime toujours en premier lors des primaires. Le vote s’est fait lundi soir, non pas à l’aide de bulletins, mais dans des assemblées où les électeurs se regroupent et affichent leur soutien pour tel ou tel candidat. Organisé en deux tours, ce système de « caucus » est complexe et critiqué. Nous ignorons au moment où nous écrivons ces lignes quand les résultats finaux et le comptage exact de cet État seront proclamés. Ils ne devraient néanmoins pas peser sur les résultats finaux.

Entre Démocrates et Républicains, une très forte division de la classe politique américaine

Nous l’écrivions en introduction, Donald Trump ne devrait pas être gêné par son procès en destitution, et devrait mener la campagne à sa propre réélection pour le camp Républicain.

« Impeachment » : Donald Trump sera jugé pour abus de pouvoir

Mais hier soir, une scène marquante s’est déroulée au Congrès. Le Congrès réunit l’ensemble des parlementaires américains (Chambre des représentants et Sénat). Alors que Trump venait d’achever le traditionnel discours sur l’état de l’Union, un événement annuel aux États-Unis lors duquel le Président présente son programme pour l’année en cours, Nancy Pelosi (présidente démocrates de la Chambre des représentants) a ostensiblement pris le document du discours disposé devant elle et l’a déchiré.

Ce rendez-vous institutionnel annuel devant la Chambre des représentants et le Sénat au grand complet avait commencé par une autre scène qui résume la très forte division de la classe politique américaine : Donald Trump avait évité la main tendue de Nancy Pelosi, en rupture avec les usages. Et la présidente de la Chambre a plusieurs fois secoué la tête pour marquer sa désapprobation durant le discours, pendant que le camp démocrate restait assis et de marbre face aux ovations des Républicains. La course à la Maison Blanche sera plus que jamais sans pitié !

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
giorgio guido novi
6 mois il y a

en tout cas a cause de ce patagues et a part bernie sanders je ne voit quel democrate pourrez l,emporter conte trump!

de Jonghe Louis
6 mois il y a

Je crois que vous avez oublié de préciser que pour le caucus républicain Trump l’a emporté avec 97 %… quand au débat au congrès, la vidéo est sur ma page, on doit dire que Trump a fait, avec succès, l’état des lieux des avancées réalisées en 3,5 années et j’ai aussi vu des démocrates applaudissant, c’est qu’avec tout les mensonges tenus par SCHIFF & Cie, bien des démocrates se détachent ou expriment même ouvertement leur désapprobation au parti… Quand à Mme Pelosi elle a cru intelligent d’exprimer sa haine avec un ges