Quand même !


L’ancien premier ministre de François Hollande, Manuel Valls, a déclaré « ne pas avoir rompu avec la politique française ».

Va-t-on assister à un énième retournement de veste de la part de Manuel Valls ? On l’avait quitté ridiculisé à l’élection municipale de Barcelone, où il a malgré tout réussi à grappiller un siège de conseiller municipal dans l’opposition. Aujourd’hui interrogé par Le Monde, l’ancien maire d’Evry assure qu’il ne « manquera jamais d’être utile aux français ». Après l’utilisation du 49-3 par Edouard Philippe, Manuel Valls s’est peut-être dit que le gouvernement avait besoin d’un expert en la matière ? En effet, à l’époque de François Hollande, il n’avait pas hésité a utiliser cette arme une bonne demi-douzaine de fois. Plus ridicule encore, il avait proposé de le supprimer par la suite en qualifiant cette option de « brutale »…

De la trahison à la fraude électorale

Après la déroute de son gouvernement, Manuel s’était présenté aux primaires socialistes pour obtenir le droit de se présenter aux élections présidentielles. Largement battu par Benoît Hamon, il vantait alors les mérites de la loyauté en politique. Quelques jours plus tard, en toute cohérence, il trahissait Hamon pour soutenir Emmanuel Macron. Mais même le président Français pourtant friand des politiciens véreux et incompétents, tel Christophe Castaner, n’a pas voulu de Valls. Exclu du parti socialiste, et indésirable à En Marche, le natif de Barcelone avait quand même réussi à se faire élire député. Il faut dire que grâce à ses amis bien placés à la mairie d’Evry et au conseil constitutionnel, il a pu emporter cette place malgré une tricherie avérée.

Quand Valls fricotte avec le RN espagnol

Mais un simple petit poste de député ne lui suffisait plus, il s’était alors mis en tête de pouvoir remporter la mairie de Barcelone. Après avoir démissionné de ses fonctions françaises, il s’était alors retrouvé balayé par les électeurs barcelonais. Depuis l’Espagne, il a cependant réussi à faire polémique. En France, il s’était auto proclamé opposant numéro un à la « haine de l’extrême droite ». Et ce même si c’est bien lui qui fut épinglé pour des positions racistes, comme le montre la vidéo ci dessous. Et pourtant en Espagne, son parti s’alliait avec Vox, l’équivalent espagnol du RN ; on avait même surpris le Français en train de défiler avec eux contre les indépendantistes catalans. Preuve que quand il y a un intérêt politique, les convictions de certains s’envolent…

Aujourd’hui, l’ancien ministre de l’Intérieur, semble nostalgique. « C’est d’abord le débat politique en France qui me passionne car c’est ma vie », a-t-il déclaré. Il a ensuite ajouté : « Je n’ai jamais abandonné ou oublié ce pays qui m’a tant donné. Et au-delà de mon amour pour la France, ma seule patrie, je veux dire simplement que si mon retour en politique n’est pas à l’ordre du jour, je ne manquerai jamais d’être utile aux Français. »

La personnalité politique la plus détestée des Français

Reste que parfois, l’amour n’est pas réciproque… Rappelons en effet, que selon un sondage, Manuel Valls est la personnalité politique la plus détestée des Français. Et bien qu’il ne se déclare « candidat à rien » et affirme ne pas avoir de « plan », lorsqu’on l’interroge sur l’éventualité de prendre en charge un ministère d’Emmanuel Macron, il ne ferme pas la porte : « C’est un choix qui n’appartient qu’au président de la République et au Premier ministre ». Il poursuit ensuite : « je n’exclus rien et ne sais pas de quoi sera fait l’avenir. »

Conforté dans son choix pour Emmanuel Macron

Pour terminer, l’ex conseiller régional de l’Essonne en a profité pour passer un dernier coup de cirage sur les chaussures d’Emmanuel Macron : « J’observe que son leadership en Europe, ce qu’il dit de l’avenir de l’UE, de l’Alliance Atlantique, des grands défis qui se posent au monde (du changement climatique à la menace terroriste), plus ce qu’il dit sur l’islamisme, la laïcité, tout cela conforte le choix qui a été le mien il y a trois ans. »

Pas sûr que ces flatteries soient suffisantes pour ressusciter la carrière politique du naufragé Manuel Valls…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
9 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Chérif
6 mois il y a

Si les contractants du coronavirus peuvent être soignés, ceux qui contractent le valllsvirus n’auront aucune chance de survivre !

Chérif
6 mois il y a

Il faut avoir le visage en fonte pour oser revenir faire de la politique en France après avoir été rejeté par les Français, et chassé par les Catalans de Barcelone !

John Scott
6 mois il y a

Pour être ‘le plus utile aux français’, il faudrait rester le plus loin possible de la France…

Pierre Jean
6 mois il y a

Voici le plus grand profiteur, cynique, traître, ce n’est pas un politique, il s’agit d’un frustré qui veut à tout pris revenir un politique pour tirer encore du profit. Je ne comprends pas comment il peut trouver encore des électeurs, il faut être des cinglés pour voter à personnage pareil. Il est venu en Espagne, il adhère au Parti Ciudadanos, mais après il a fondé un pour être candidat à la Mairie de Barcelone, mais heureusement que les catalans l&