Camp de migrants à Paris : Darmanin s’indigne d’images « choquantes »


La polémique du jour...

Auteur :

Hier soir, des centaines de migrants ont installé un campement sauvage place de la République à Paris. L’intervention violente des forces de l’ordre, afin de le démanteler, a provoqué un tollé jusqu’au ministère de l’Intérieur.

Un campement sauvage à Paris

Dans la soirée de lundi 23 novembre, plusieurs centaines de migrants – provenant pour la plupart d’Afghanistan – ont installé un campement place de la République, avec l’aide notamment de militants pro-réfugiés. L’association Utopia56, à l’initiative du projet, avait appelé sur son site internet à une « occupation de la place de la République », jugeant les « services publics juridiquement responsables de l’errance de ces personnes ». « Nous demandons la mise en place d’un système de premier accueil digne pour les personnes exilé.e.s permettant l’accès immédiat à des solutions d’hébergement à leur arrivée sur le territoire », est-il expliqué dans l’annonce.

Une intervention musclée des forces de l’ordre

Moins d’une heure après l’installation du campement, les forces de l’ordre sont intervenues afin de procéder au démantèlement du camp. Les images prises par des journalistes présents sur place montrent des policiers user de la force et retirer des tentes avec parfois des migrants encore à l’intérieur. Sous les véhémences des migrants et des militants, les forces de l’ordre ont alors dû faire usage de gaz lacrymogènes, de grenades de désencerclement ou encore de coups de matraque, afin de disperser la foule dans le centre-ville parisien.

Gérald Darmanin « choqué »

Alors que les images n’ont pas tardé à inonder les réseaux sociaux, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est exprimé tard dans la soirée sur son compte Twitter, et s’est notamment ému « d’images choquantes ». Dans un communiqué, la préfecture de police de Paris a cependant souligné que « la constitution de tels campements, organisée par certaines associations, n’est pas acceptable ». « La préfecture de police a donc procédé immédiatement à la dispersion de cette occupation illicite de l’espace public », a-t-il été indiqué, tout en invitant les migrants « à se présenter dans les accueils de jour ». Une enquête de l’IGPN est actuellement en cours.

LIRE AUSSI >> PARTOUT EN FRANCE, DE GROSSES MANIFESTATIONS PROTESTENT CONTRE LA LOI SÉCURITÉ GLOBALE

Un souci de calendrier

C’est donc au lendemain de cette intervention des forces de l’ordre que doit se tenir, à l’Assemblée nationale, le vote de la loi Sécurité globale. Alors que nombre de journalistes étaient récemment montés au créneau afin de dénoncer des dérives liberticides – notamment la liberté de filmer des forces de l’ordre en fonction -, ils ont été plusieurs hier à être témoins ou même victimes de violences policières. Le journaliste Rémy Buisine a été « molesté à plusieurs reprises par un policier » selon le média Brut, alors qu’il était en train de filmer l’évacuation. Rémi Ink, journaliste pour RMC, a quant à lui décrit ce matin, auprès d’Apolline de Malherbe, des scènes de violences policières, dénonçant des « gestes gratuits », et notamment en parlant de croche-pied fait par un policier à un migrant. Pourtant, les croche-pieds avaient été vivement condamnés par l’ancien ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, lors de ses vœux à la police nationale. « On ne fait pas de croche-pied à l’éthique, sauf à s’abaisser, à abaisser la police » », avait-il déclaré.

Le Média Pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jacques Abel
8 mois il y a

Nous sommes restés avec nos soldats 13 ans chez les Afghans, étaient-ils chez-nous avant que nous allions mettre le bordel chez-eux? Non! Les Russes les ont combattus durant dix années et ils sont pas venus s’échouer ici, ça fait quand même depuis 1979 que ces gens n’ont pas connu la paix, honnêtement, où serions nous à leur place quand ici une bande de brêles uniformisée peut tout se permettre en terme de violences et aller jusqu’à se faire passer pour des victimes… et, la grande majorité des moutons montre respect, obéissance et considération à ces soudards de pacotille qui se… Lire la suite »

Bakloe
8 mois il y a

Les « élus » de la mairie de Paris ne sont pas des téméraires. Je les imagine mal bravant les forces de l’ordre au péril de leur intégrité physique aussi ces images de « violence » m’évoquent davantage les mises en scène de cette ONG devenue célèbre au Moyen-Orient, « LES CASQUES BLANCS », pour ces fakes-news relayées comme de l’information par l’AFP. D’ailleurs, la mairie de Paris n’en est pas à sa première opération de com de ce genre. Je vous renvoie à son actualité lorsqu’elle soutenait encore les « rebelles syriens » par des performances non moins spectaculaires et médiatisées sur son parvis en synchronisation avec… Lire la suite »

théron simone-laure
8 mois il y a

Tout ceci est orchestré à mon avis. Pas de blessés. Ok. Inutile de perdre son temps. Passons à autre chose.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account