Comment les marques de luxe françaises massacrent des milliers de crocodiles afin de faire des sacs pour riches


Ne serait-il pas temps de mettre un terme à ce genre de pratiques ?


En Australie, la marque de luxe française Hermès va construire la plus grande ferme d’élevage de crocodiles du pays. Pas moins de 50.000 reptiles seront enfermés dans ces lieux, avant de finir en sacs à main.

On évoque souvent les scandales de l’élevage traditionnel, destiné à l’alimentation, mais on parle bien peu du crocodile. Ce reptile, tout comme ses cousins alligators et caïmans, fait, en effet, l’objet de nombreux élevages à travers la planète. Il existerait pas moins de 500 fermes de ce type dans 47 pays du monde. Au total, près d’un million d’animaux vivraient dans ces installations dans des conditions parfois déplorables.

Trois ou quatre crocodiles tués pour un sac Hermès

Dans cette affaire les marques de luxe françaises sont particulièrement impliquées. Hermès, le leader sur le marché va d’ailleurs construire sa propre ferme en Australie, premier pays exportateur au monde. 50.000 animaux y seront concentrés, le tout pour un projet estimé à 33 millions d’euros. Il faut dire que pour constituer un sac de la marque, trois ou quatre crocodiles sont nécessaires, comme l’avouait lui même le PDG d’Hermès. Une autre marque française, Louis Vuitton, est également bien implantée dans la région. À elles deux, ces géantes du luxe possèdent d’ailleurs la majorité des exploitations du genre dans cette zone.

Une industrie très lucrative

Il faut dire que cette industrie rapporte énormément. Selon sa qualité, une seule peau de crocodile peut être revendue entre 400 et 800 euros. Par ailleurs, les bénéficies réalisés par les marques de luxes sont faramineux. Hermès qui fabrique environ 3000 sacs par an, les revends plusieurs milliers d’euros. Comble de l’indécence, la marque a récemment battu un record en voyant l’un de ses sacs se vendre 244.000 euros aux enchères. De leur côté, en Louisiane, les fermes d’alligators rapportent près de de 60 millions d’euro par an.

LIRE AUSSI > CHINE : DES MILLIERS D’ANIMAUX SAUVAGES ABATTUS AU NOM DE SUPERSTITIONS MÉDICALES

Une industrie vraiment utile ?

Même si certains élevages utilisent également la viande de l’animal, on peut tout de même s’interroger sur la dimension éthique du fait de continuer à produire des sacs à partir d’un animal sauvage qui n’est pas fait pour vivre en captivité. La question se pose d’autant plus que cette industrie est réservée à une classe d’ultra riches et que de nombreuses alternatives végétales ou synthétiques existent aujourd’hui. Dans ces conditions, peut-on encore accepter l’existence d’un business plus que futile, basé sur la souffrance animale ? La question mérite d’être posée…

Le Média pour Tous

 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Avlula
10 mois il y a

Idem avec les 17 millions (!!!!) de visons massacrés au Danemark pour éviter qu’on se prenne une grosse fièvre. C’est l’horreur.

MARCEL LOPEZ
10 mois il y a

Cette pratique d’élevage critiquable a mes yeux, a au moins une vertu, par l’abondance et la qualité des peaux obtenues , elle a certainement fait diminué les prélèvements en milieu naturel et par ce fait contribué a la préservation de la race.
Que dirait-on si un tel élevage intensif destiné au prélèvement de l’ivoire, permettait aux éléphants africains de survivre?
Faut il laisser disparaître a JAMAIS certaines espèces animales, ou les sauver grâce a des pratiques si contestables soient elles?
Le dilemme est posé. A vous d’y répondre.

Philippe Renard
10 mois il y a

JE HAIS CES BESTIOLES

Bakloe
10 mois il y a

Il est clair qu’elles n’ont rien de sympathiques, sauf en maroquinerie, là elles s’en retrouvent transcendées.

L.J
10 mois il y a

Le nom de l’industrie (Nom de la ferme où la , compagnie) de l’Australie m’aiderai à les dénoncé directement d’ici , bon boulot Thank You for letting us know Vincent
Merci

théron simone-laure
10 mois il y a

Effectivement ce n’est pas bien du tout. Je n’aime pas particulièrement ces animaux mais je suis opposée à leur massacre surtout pour faire des sacs, des ceintures, des chaussures …

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account