Les codes du nouveau monde...


Depuis le début de la mandature d’Emmanuel Macron, de nombreux membres d’En Marche ont pété les plombs. Certains ont aujourd’hui décidé de quitter le navire.

On nous promettait un « nouveau monde » avec des députés issus de « la société civile ». On devait s’éloigner de la politique traditionnelle et de ses coups bas. Mais à mi-mandat, force est de constater que ces élus n’ont pas apporté le vent de fraîcheur escompté. Au contraire, bon nombre de députés ont plutôt démontré le côté amateur de la République en Marche.

« Ce qui se dit en circo, je n’en ai rien à foutre ».

Récemment plusieurs dérapages se sont encore produits. On a ainsi pu entendre un député  du Rhône, Bruno Bonnel, affirmer : « Ce qui se dit en circo, je n’en ai rien à foutre ». Il a même ajouté : « Je ne suis pas là pour faire l’assistante sociale. Pour les places en crèche ou les logements, allez voir ailleurs ! » Ses électeurs apprécieront…

L’élu villeurbannais n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai ; on avait déjà pu l’entendre assimiler un pompier à un casseur. Soupçonné d’optimisation fiscale, il a souvent plongé ses collègues dans l’embarras. On se souvient aussi qu’il avait utilisé son mandat pour faire la promotion d’une société dans laquelle il avait investi ou encore de l’un de ses collaborateurs qui l’avait dénoncé pour ne pas l’avoir rémunéré.

« Je te nique ta race, t’as compris ? »

Ces derniers jours on a aussi pu assister à une scène déplorable dans la ville de Vitry-sur-Seine. Sur un marché, le candidat à la mairie Daly N’Diaye s’en est pris à des adversaires du PS qu’il a surpris en train d’arracher ses affiches. Il a ainsi proféré des menaces par ces mots : « On se donne rendez-vous le soir quelque part, et je te nique ta race, t’as compris ? Je te nique. »

Ce genre d’attitude ressemble presque à une marque de fabrique au sein de la majorité. Récemment le député Jean Pierre Pont avait comparé les grévistes à des terroristes. On se souvient aussi de la député Claire O’Petit très souvent impliquée dans des polémiques. Au moment de la réduction des allocations logements, celle dit déclarait ainsi : « Si à 18, 19, 20 ans, 24 ans, vous commencez à pleurer parce qu’on vous enlève cinq euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? ». Elle avait aussi pris plusieurs fois des positions racistes : « Très franchement, quand je vois un barbu en djellaba qui traverse au feu rouge, j’ai envie d’accélérer, je vous le dis. » ; ou encore sur les roms : « Pourquoi ils dégueulassent systématiquement les trottoirs? Pourquoi ils nous agressent systématiquement à 5 ou 6 autour d’une voiture ? ». N’oublions pas non plus le député M’Jid El Guerrab qui avait frappé un responsable socialiste à l’aide de son casque de moto.

Il faut dire que les élus En Marche sont allés à bonne école. On peut penser à Alexandre Benalla, aujourd’hui devenu le « prince des trolls » sur Internet, mais surtout au président de la République lui-même. En effet, Emmanuel Macron n’est pas avare en insultes et en petites phrases polémiques. On peut ainsi citer quelques noms d’oiseaux que le chef de l’État avait employé à l’encontre des Français : « Gaulois réfractaires », « Fainéants », « Cyniques », « Alcooliques », « Illettrés », « extrémistes »  et bien sûr le classique « ceux qui ne sont rien ».

Dans cette ambiance délétère, plusieurs députés ont été exclus, mais d’autres ont aussi tout simplement décidé de quitter En Marche. Depuis 2017, ce sont ainsi 14 députés qui ont abandonné le parti présidentiel. En cause le manque de démocratie au sein du groupe. Tout récemment, c’est Frédérique Tuffnell qui a claqué la porte. La député de Charente Maritime a déploré le manque d’écoute de la majorité sur la réforme des retraites : « On est arrivé sur une réforme qui bloque, qui ne passe pas. J’en suis arrivé à un niveau de blocage moi-même. »

« Un cabinet noir qui décide de tout »

François-Michel Lambert, élu des Bouches-du-Rhône  a, lui, franchit le pas depuis plus d’un an et a même dénoncé la majorité : « Entre Emmanuel Macron et les élus, il y a une sorte de cabinet noir d’une vingtaine de personnes technocrates qui décident de tout et qui nous donnent des fiches »

Preuve s’il en est que, décidément, « le nouveau monde » n’est vraiment pas adapté à tous…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Remi Lessore
4 mois il y a

Vu de l’Angleterre j’avoue ne pas bien comprendre la France. Vous avez refusé La Constitution Européenne, on vous a imposé Le traité de Lisbonne et vous avez dit: MERCI plutôt que de reprendre la Bastille – ou l’Elisée. Maintenant vous êtes malmenés par cet Européiste qui vend votre patrimoine, ce cadre moyen de Rothschild qui a remplacé les socialistes (mais vraiment ?!?!) et a bout de souffle, a bout de tunes, alors qu’aucun parti ni syndicat ne peut vous représenter tellement ils ont vendu leurs âmes, vous mettez un gilet jaune et vous criez votre impuissance sur les ronds-points. Et… Lire la suite »

Pierre Jean
4 mois il y a
Reply to  Remi Lessore

Je suis en Espagne et je suis consterné de voir mon cher pays à cette dérive autoritaire, un parti dans la majorité qui ne représente pas ces électeurs, ils ont été choisis pour être aux bottes de Jupiter. Je vois une députée élue de l’Amérique latine se candidater à l’élection municipale de Paris. Ces députés ne valent rien, plusieurs membres de ce parti mis en cause qui ne laissent pas leur(s) poste(s). C’est quand même incroyable. Vous avez raison de poser toutes ces questions et je suis entièrement d’accord avec vous.

</