École à la maison interdite : le gouvernement va-t-il devoir faire marche arrière ?


Le texte de loi est jugé disproportionné

Auteur :

L’une des mesures phares d’Emmanuel Macron dans la lutte contre le séparatisme semble tomber à l’eau. Le souhait du gouvernement de réduire au strict minimum l’instruction en famille (IEF) risque de se heurter aux portes du Conseil d’État.

Une scolarisation obligatoire dès 3 ans ?

Au mois d’octobre, Emmanuel Macron déclarait vouloir rendre la scolarisation obligatoire dès 3 ans. D’après les chiffres du ministère de l’Éducation nationale, 50.000 enfants en âge d’être scolarisés suivent une instruction à leur domicile. Ce chiffre représente 0,4% des 12,3 millions d’enfants scolarisés, et inquiète le gouvernement. « Chaque semaine, des recteurs et rectrices trouvent des enfants totalement hors système » avait déclaré le Président aux Mureaux. Ainsi, il justifiait la limitation stricte de IEF notamment « aux impératifs de santé ».

LIRE AUSSI > MACRON INTERDIT L’ÉCOLE À DOMICILE, SAUF POUR RAISONS MÉDICALES

Une mesure vivement critiquée

Même si le projet de loi vise clairement l’islamisme radical, il concerne aussi tous les enfants en instruction à domicile. Victimes de harcèlement ou en difficultés avec le système scolaire traditionnel, certains enfants ne voient pas d’autres choix s’offrirent à eux que celui de l’IEF. Des milliers de familles décident également d’instruire leurs enfants à domicile par simple choix philosophique. « Il ne faut pas confondre l’instruction en famille et les écoles clandestines. Ça n’a rien à voir », s’est indignée Claudia Renau, membre de l’association Les enfants d’abord, qui réunit les familles qui pratiquent l’IEF. Elle rappelle que les familles « ont un contrôle chaque année de l’inspection [académique] et un contrôle tous les deux ans de la mairie » qui veille aux relations sociales de l’enfant.

Le Conseil d’État juge le texte disproportionné

Rien n’est encore acquis pour le groupe LREM, puisque le Conseil d’État ne semble pas suivre le gouvernement sur ce sujet, nous rapporte Le Parisien: « Il n’est pas établi, en particulier, que les motifs des parents relèveraient de manière significative d’une volonté de séparatisme social ou d’une contestation des valeurs de la République. Dans ces conditions, le passage d’un régime de liberté encadrée et contrôlée à un régime d’interdiction ne paraît pas suffisamment justifié et proportionné » ont déclaré les juristes. La décision deviendra publique lors du Conseil des ministres mercredi 9 décembre.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
tous dans la merde
4 mois il y a
théron simone-laure
4 mois il y a

Pas d’école obligatoire à partir de 3 ans.
Et possibilité de faire école à la maison. En revanche surveillance étroite concernant tous ceux qui ne veulent pas aller à l’école. Pourquoi? dans quelles conditions travaillent les enfants à la maison?
Une assistante sociale devra s’occuper de tous ces cas spéciaux…

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account