Hôpitaux : des « contraintes de personnel » ont conduit à la fermeture de 3.408 lits en 2019


Malgré des mois de mobilisation du secteur hospitalier...

Auteur :

En 2019, malgré les multiples mobilisations du personnel soignant, 3.408 lits d’hospitalisation longue ont été fermés. 

Une capacité d’accueil général en baisse de 0,9%

D’après la direction statistique des ministères sociaux (Drees), les 3.005 établissements publics et privés disposaient de 392.262 lits d’hospitalisation complète en 2019, soit 3.408 lits de moins que l’année précédente. La capacité d’accueil dans les hôpitaux publics et les cliniques a donc été réduite de 0,9% en un an. Pourtant, ces places sont indispensables en cas d’imprévu, comme lors d’une crise sanitaire… Pour les hospitalisations ambulatoires, la tendance s’inverse. 1.499 places « de jour » ont été ouvertes, 78.790 lits sont désormais disponibles, ce qui correspond à une hausse de 1,9% en un an. L’hospitalisation à domicile enregistre également un bond de 5,5% avec 19.100 patients « pris en charge simultanément sur le territoire ».

Rentabilité, encore et toujours

Le ministère de la Santé justifie cette décision en indiquant qu’elle « reflète la volonté de réorganiser l’offre, parfois face à des contraintes de personnel empêchant de maintenir les lits ». Des contraintes de personnel, ou des contraintes budgétaires ? Depuis la mise en place de la T2A, la sécurité sociale rémunère les hôpitaux pour chaque acte médical réalisé, ce qui explique la hausse des hospitalisations courtes, au détriment des prises en charge plus longues. On peut également compter sur l’ONDAM (objectif national des dépenses d’assurance maladie) pour serrer la vis. En 2019, le budget de croissance de l’ONDAM a été estimé par le parlement à 2,4%, alors que la Commission des comptes de la santé estimait qu’une hausse de 4,4% était nécessaire pour répondre aux besoins des hôpitaux publics.

LIRE AUSSI > 11,7 milliards d’économie en 10 ans : comment les gouvernements successifs ont anéanti l’hôpital

Union Européenne tient-elle un rôle ?

Est-il possible d’obtenir une revalorisation budgétaire en faveur des hôpitaux publics, tout en restant dans l’Union Européenne ? C’est très peu probable compte tenu du logiciel ultra-libéral de cette dernière. Depuis des années, la Commission européenne ne cesse d’encourager les pays à privatiser certains secteurs de la santé, tout en « recommandant » de réduire les dépenses des hôpitaux publics. Une seule issue semble possible pour arracher les secteurs fondamentaux de notre pays à la logique de maximisation du profit voulue par l’Union Européenne :

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
3cp111
9 mois il y a

Ce qui est en totale contradiction avec l’arrivée des Mutuelles santé obligatoires mises en place sous Sarkozy. Nous avons donc un service de santé qui ce dégrade (obligatoirement) et tout privatisé souhaité par les Français à chaque élections, mais personne ne dénonce cette dégradation et continue d’accepter ces Mutuelles santé obligatoires honteuses de notre pays et non digne de la fraternité et du CNR ! On a beau dire avant on faisait un peu la queue à l’accueil mais au moins après on était pris en charge humainement et le temps qu’il faut mais maintenant on vous expédie et sans… Lire la suite »

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account