Seconde guerre mondiale : non, l’Europe ne doit pas sa liberté aux Etats-Unis


Arrêtons de refaire l'Histoire...


Depuis le 8 mai 1945, la vision des français sur la défaite des nazis a beaucoup évolué à grands coups de propagande…

En 2015, lorsque l’on demandait aux Français quelle nation avait le plus contribué à la défaite de l’Allemagne nazie lors de la seconde guerre mondiale, 54% d’entre eux répondaient les Etats-Unis d’Amérique. Pourtant, en 1945, nos aïeux, eux, désignait à 57% l’URSS, ce qui semble bien plus proche de la réalité historique. Mais comment en est-on arrivés à un tel retournement des esprits ?

60 fois plus de soldats soviétiques ont perdu la vie

S’il ne s’agit pas d’affirmer que les Etats-Unis n’ont aucune responsabilité dans la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie, il faut tout de même rétablir une vérité historique. L’effort de guerre consenti par l’URSS fut beaucoup plus important. Pour un soldat américain tué, ce sont soixante militaires soviétiques qui sont morts au front. Au total, l’URSS a sacrifié pas moins de 11 millions de combattants, tandis que les Etats-Unis en ont perdu à peine 400.000, au même titre que la Grande-Bretagne.

Certains américains préféraient encore les nazis à l’URSS

En 1939, le président américain Franklin Roosevelt assure qu’il « souhaite et prévoit que les Etats-Unis se tiendront à l’écart de cette guerre ». Charles Lindbergh, héros national très écouté, premier homme à avoir franchi l’atlantique en avion déclare préférer « cent fois être alliée avec l’Angleterre ou même avec l’Allemagne, malgré tous ses défauts, qu’avec la cruauté, l’athéisme et la barbarie de l’Union soviétique ». Le futur président Harry Truman tient quant à lui un discours très opportuniste : « si nous voyons que l’Allemagne gagne, nous devons aider la Russie ; mais si c’est la Russie qui gagne, nous devons aider l’Allemagne, afin qu’ils s’entre-tuent au maximum. »

C’est l’Allemagne qui a déclaré la guerre aux USA, et non l’inverse…

Le pays prenait donc un tournant isolationniste et avait la ferme intention de ne pas se mouiller. Mais, en 1941, après l’attaque japonaise de Pearl Harbor, les USA répliquent, et l’Allemagne, alors alliée des japonais, déclare la guerre aux pays de l’oncle Sam. C’est donc malgré elle que l’Amérique se trouve entraînée dans le conflit.

« Le front de l’est a été le théâtre principal de la défaite allemande »

Selon l’historien britannique, Richard Overy, il ne fait aucun doute que la principale responsable de la défaite allemande incombe à l’URSS. « Si la défaite de l’armée allemande était l’objectif stratégique central, le conflit sur le front de l’Est en a été le théâtre principal. C’est là-bas que l’armée allemande a été affaiblie puis a battu retraite, avant que l’essentiel des troupes alliées, terrestres et aériennes, n’arrive sur place en 1944. » explique-t-il.

La machine à propagande a retourné l’opinion

D’après les sondages, l’idée fausse que les Etats-Unis seraient les grands contributeurs de la victoire touche toutes les classes de populations, des plus diplômés aux moins éduqués. On constate par ailleurs que cette idée était déjà bien ancrée dans les esprits dès 1994. Entre temps la guerre froide, a traversé la France et une certaine propagande s’est installée. Alignée sur les Etats-Unis, la France n’a cessé de rejoindre le pays sur bon nombre de sujets. Depuis l’effondrement du bloc soviétique, le processus s’est d’ailleurs amplifié de jour en jour.

Encore un exemple d’américanisation de l’occident

Si le rôle de l’éducation nationale n’est sans doute pas à minorer, l’américanisation de notre société n’est pas non plus étrangère à ce phénomène. Notre pays se trouve aujourd’hui imbibée par la culture chauviniste américaine qui va souvent jusqu’à travestir la réalité. Combien de films, de livres ou de jeux vidéos mettent en scène les gentils américains se battant pour la liberté face aux méchants russes ? Les médias français, complètement aligné sur leurs homologues américains, participent également à dépeindre les Etats-Unis comme les saveurs du monde, de la démocratie et de la liberté. Dans les faits, le pays mène plutôt au contraire une politique impérialiste, inverse à la souveraineté des peuples du monde entier. À ce titre, le cas du Venezuela est particulièrement parlant.

LIRE AUSSI > Venezuela : l’incroyable complaisance des grands médias français envers l’impérialisme américain

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de