Des taux “relativement élevés” de dioxines cancérogènes détectés à 13 km de Lubrizol


Et le gouvernement reste muet


Les analyses effectuées aux alentours de l’usine Lubrizol commencent à parler et les résultats sont plutôt inquiétants, comme le prévoyaient certains spécialistes dès les premiers jours de la catastrophe. Des taux “relativement élevés” de dioxines ont été détectés dans une large zone autour du lieu de l’incendie, notamment à Préaux, un village situé à 13 km de l’usine.

Le gouvernement disait que tout allait bien, que la fumée sentait mauvais mais qu’elle n’était pas toxique, etc. Tout cela s’avère désormais faux. La combustion de produits chimiques dangereux (qui justifie que cette usine ait été classée CEVESO seuil haut) a produit des dioxines cancérogènes qui se sont déposées sur la trajectoire de la fumée, entre autre, et qui sont présentes notamment dans les suies, dont les photos pullulent sur Internet depuis la catastrophe.

Atmo Normandie surveille la qualité de l’air dans la région et ses analyses révèlent un taux “relativement élevé” de dioxines sur le capteur installé à Préaux : 12,66 picogrammes par mètres cubes d’air, pour une valeur repère régionale médiane de 3,40 : “Ces résultats veulent dire qu’il faut faire des examens complémentaires, mais ils ne permettent pas d’être rassurants, détaille Jean-Grançois Gehanno, professeur au CHU de Rouen, qui a analysé les résultats. Il y a un certain nombre de composés cancérogènes qui ont brûlé, si ça se stocke et que les populations continuent à être exposées, il y a un potentiel risque à long terme.” 

Notons que Préaux se situe à 13 kilomètres de l’usine et qu’il serait logique que des substances cancérogènes se soient également dispersées dans la trajectoire de la fumée, entre l’usine et Préaux (et au-delà), c’est à dire notamment en plein centre-ville de Rouen. Prudence donc pour les habitants de Rouen, même si pour l’heure, aucune consigne officielle n’a été donnée par les autorités.

Préaux est situé à 13 km de l’usine Lubrizol

Des analyses complémentaires de l’air, des sols, des plantes, doivent êtres effectuées. Quand en aurons-nous les résultats ? Les Rouennais continuent d’exiger toute la vérité sur cette affaire.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
ThierryC16
1 année il y a

Je n’ose imaginer les mesures à 1 km de l’usine (dans le sens du vent, bien sur ^^)

Folgansky
1 année il y a
Reply to  ThierryC16

Dire que “plus on est proche pire c’est” n’est pas forcément une évidence.
Les plus grosses retombées peuvent très bien ne se faire que des km plus loin, justement car il s’agit de retombées et qu’il a bien fallu que cela monte d’abord jusqu’à une certaine hauteur.

Tout dépend du vent ce jour là et de la vitesse d’ascension des déchets de combustion. Aux experts de faire avec ça malheureusement.

Pretty
1 année il y a

Merci encore Vincent pour tes videos, j’adore tes interviews ?très intéressantes.
Dans le 04 Alpes de Haute Provence, on a des usines classées CEVESO et plus D’URGENCES la nuit…

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account