Coronavirus : les prix de l’alimentation pourraient flamber après la crise


Il faut bien sauver les actionnaires...


Les entreprises de l’alimentation ont prévenu que des surcoûts dus à la crise pourraient à terme se répercuter sur les prix en magasin.

Décidément, les conséquences néfastes de la crise du coronavirus ne cessent de se multiplier. Alors que bon nombre de PME craignent la faillite, les entreprises de l’agroalimentaire ne semblent pas épargnées. C’est tout au moins ce qu’affirme l’association nationale des industries agroalimentaires. Dans les faits, l’industrie agroalimentaire reste malgré tout une énorme machine à profits.

De nombreuses hausses de coût

l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania) l’assure : pour l’instant « les entreprises agroalimentaires tiennent. » Pour autant, elle se demande dans la foulée « Mais à quel prix ? » Elle ajoute : « les entreprises de l’alimentation supportent des hausses de coût directement liées à l’augmentation des prix des matières premières, des coûts de maintenance des outils de production ou encore de l’achat des équipements de protection des salariés ».

Des prix stables pour l’instant ?

L’ANIA l’assure, « l’inflation en rayons est quasi nulle ». Sur BFMTV, son président l’a même confirmé, il n’y aura pas de répercussion sur les prix « pour l’instant ». Il a ensuite préconisé de « se partager le surcoût à toutes les étapes de la filière ». Il a par ailleurs jugé « compliqué » d’estimer la valeur du surcoût sans savoir « jusqu’à quand » allait se poursuivre la crise.

Une réalité bien différente pour beaucoup de Français

Reste que dans les faits, certains Français ont déjà vu la valeur de leur panier résolument augmenter. « C’est vrai, je le reconnais, il y a, sur certains fruits et légumes frais une forte augmentation » avait même admis Bruno Lemaire, ministre de l’économie. Une augmentation alors justifiée par le frein à l’importation. Si faire un effort pour favoriser la consommation locale peut paraître acceptable, notamment sur le plan écologique, certaines pratiques le sont en revanche beaucoup moins. Une responsable d’achat d’hypermarché en Loire Atlantique s’indigne ainsi : « Certains jouent le jeu et d’autres profitent de la situation. Tous les patrons de magasin ne sont pas exemplaires ».

Un confinement qui coûte cher

Alors que quelques patrons de magasins se montrent donc honteusement opportunistes, c’est aussi le confinement qui met en difficulté les ménages. Les familles avec enfants sont particulièrement touchées. Ne plus disposer de cantines pour les enfants, ou bien de restaurants d’entreprises pour les travailleurs provoque un surcoût non négligeable. Les pénuries en magasin concernent aussi souvent les produits les moins chers, obligeant les clients à se reporter vers des articles plus coûteux.

Vers une augmentation des prix après la crise

Pour l’ANIA une chose est sûre « ces hausses de coûts, remontées par l’ensemble des industriels, sont comprises entre 3% et 16%. Elles grèvent actuellement la rentabilité des entreprises agroalimentaires ». Pour remédier à ce constat, elle prévient « Tous les Français doivent en avoir conscience. Une nouvelle ère s’engagera lors de la sortie de crise, façonnée par une demande durablement modifiée du consommateur, dans ses choix, ses circuits d’achat, son pouvoir d’achat ».

L’industrie agroalimentaire se gave pourtant de milliards de bénéfices

Lorsque l’on constate les bénéfices colossaux (22 milliards de dollars en 2016) engendrés par les multinationales de l’agroalimentaire, on est tout de même en droit de s’interroger sur le bonne foi de l’ANIA. D’autant qu’une énorme partie de ces gains file tout droit aux actionnaires. Ceux-ci ont ainsi empoché la coquette somme de 15 milliards de dollars en 2016. Ce ne serait pas la première fois qu’une industrie verse des larmes de crocodile pour justifier des actions économiques plus que discutables. On se souvient par exemple de Carrefour qui n’avait pas hésité à licencier après avoir pourtant été grassement financé par l’État via le CICE. Après les agriculteurs et les salariés, l’industrie agroalimentaire va-t-elle maintenant pénaliser ses clients ? L’avenir nous le dira.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rebot
1 année il y a

L’INFLATION ÉTAIT LÀ BIEN AVANT LE CONFINEMENT ET A ÉCLATÉ SANS VERGOGNE DANS LES GRANDES SURFACES AU MOMENT DU DÉCRET OFFICIEL MAIS L’AUGMENTATION ILLICITE AVAIT COMMENCÉ AVEC L’ANNONCE DES CAS EN CHINE. QUI PLUS EST ILS NOUS VENDAIENT DES PRODUITS FRAIS PÉRIMÉS POUR CEUX QUI NE VERIFIAIENT PAS..TOUT EST ABJECTE DANS LA GESTION DE CETTE SITUATION QUI AVAIT SA SOLUTION SI LES POUVOIRS AVAIENT EU UNE PERSPECTIVE HISTORIQUE POUR CE BEAU PAYS BAFOUÉ SALI ET RÉDUIT À UNE COQUILLE VIDE.. POUR DES INTÉRÊTS MATÉRIELS ET POLITIQUES EN DESSOUS DE TOUT.. Notre monnaie va d’évaluer c’est certain. Et qui va payer… Lire la suite »

Jacques Abel
1 année il y a

Mitterrand nous avait prévenu que nous étions dans un combat à mort, que notre peuple était sournoisement menacé par un autre peuple et que même si nous serions sublimés par l’absence de cadavres durant cette guerre, elle n’aurait qu’une unique issue, le vainqueur ferait périr le perdant. Il faudra bien que nous nous réveillions un jour, et le plus tôt sera le mieux pour tous. Car, la destruction totale d’un peuple ne peut être et débuter que par un processus administratif. On ne parviendrait pas à telle annihilation dans le monde moderne en employant la manière forte, c’est à dire… Lire la suite »

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account