Coronavirus : en plein déni, Jair Bolsonaro mène le Brésil sur une pente très dangereuse


C'est encore le peuple qui va payer l'addition...


Le président Brésilien Jair Bolsonaro est l’un des derniers dirigeants au monde à nier la dangerosité du virus. Dans son pays, il commence à se mettre tout le monde à dos, y compris dans son propre camp.

Y a-t-il un pilote dans l’avion au Brésil ? On peut se poser la question tant la gestion de la crise du coronavirus dans le plus grand pays d’Amérique du Sud interloque. Soutenu par Marine Le Pen, le controversé Jair Bolsonaro, élu dans des conditions très discutables, n’en finit pas de multiplier les provocations.

Juste « une grippette »

Depuis le début de la pandémie, le président brésilien n’a jamais reconnu la véritable dangerosité du virus. Campé sur ses positions, il n’a pas hésité à évoquer « une grippette » ou même « un coup de froid ». Plutôt que le confinement, il préfère la prière. Si d’autres dirigeants du monde ont également traversé une phase de sous-estimation, tous sont depuis revenus sur leur position, y compris Donald Trump. Mais pas Jair Bolsonaro.

Un ministre licencié pour avoir prôné la distanciation sociale

Le ministre de la santé brésilien, Luiz Henrique Mandetta, a fait les frais de l’obstination de son président. Suivant les recommandations de l’OMS celui-ci préconisait notamment le confinement et la distanciation sociale. Mais le ministre se trouvait sans arrêt contredit par le président qui ne cessait de minimiser la situation. « Les Brésiliens ne savent pas s’ils doivent écouter le ministre de la Santé ou s’ils doivent écouter le président » avait déclaré Mandetta.

« Bolsonaro assassin »

Le désaccord était total avec le président pour qui « l’interdiction des transports, la fermeture des commerces et le confinement massif n’ont pas lieu d’être.». En roue libre, Bolsonaro a également considéré que « ce sont les personnes de plus de 60 ans qui sont le groupe à risque. Alors pourquoi fermer les écoles ? » Il avait ensuite comparé son pays à l’Italie où le virus est particulièrement virulent : « Les médias répandent la panique en nous parlant tous les jours de l’Italie alors que ce pays a de nombreuses personnes âgées et un climat très différent du nôtre ».

 « Certains vont mourir ? Désolé, mais c’est la vie »

 Dans une ultime provocation, il avait lancé : « Certains vont mourir ? Oui, bien sûr. J’en suis désolé, mais c’est la vie. On ne peut pas arrêter une usine de voitures parce qu’il y a des morts sur la route chaque année. » Reste que dans la population, on ne l’entend pas de cette oreille. Pendant l’un de ses discours des milliers de Brésiliens ont ainsi fait résonner les casseroles aux fenêtres des grandes villes, au cri de « Bolsonaro assassin ».

Flotte déjà le spectre de la destitution

Arrivé à la moitié de son mandat, Jair Bolsonaro suscite de plus en plus de rejet à travers sa population. L’ancien président Lula, jeté injustement en prison pour ne pas pouvoir se présenter face à lui, a jugé que Bolsonaro conduisait les Brésiliens « à l’abattoir ». Il n’a d’ailleurs pas hésité à évoquer sa possible destitution. Alors que des anciens alliés de Bolsonaro parlent même d’un « Bolsonaro-virus », les critiques arrivent aussi de son propre gouvernement. Un groupe de frondeurs s’était même formé autour du ministre de la santé, à présent licencié.

L’armée a-t-elle pris les rênes ?

La gestion de la situation parait si catastrophique que certains disent que l’armée aurait pris le contrôle de l’État en sous-main. Nostalgique de la dictature militaire, Bolsonaro conduit d’ailleurs un gouvernement ou presque la moitié des ministres sont issus de l’armée. Des médias argentins suggèrent même que c’est le Général Walter Netto qui dirigerait officieusement le pays.

Les vrais chiffres cachés, possiblement 300.000 personnes infectés

Officiellement le Brésil compterait un peu plus de 1700 morts et 20.000 contaminés. Néanmoins, des chercheurs universitaires remettent en cause ce chiffre et estiment la réalité aux alentours de 300.000 cas, quinze fois plus ! Comme dans tous les pays de l’hémisphère sud, la crise du covid-19 n’a pas encore atteint son pic au Brésil. Avec l’arrivée très prochaine de l’hiver, le nombre de cas et de morts devrait exploser. On craint notamment le pire pour les zones urbaines très densément peuplées ainsi que dans les favelas. Pour le pays du football, à l’instar des Etats-Unis, les évènements pourraient bien prendre une tourne catastrophique…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
karak (@karak)
1 année il y a

pour une fois , je vous trouve bcq a charge. Tout en citant un article de science et avenir, peu documenté, il y a un nom et il ne fait pas partie de l’equipe de recherche . (de plus sur la page il y avait un lien d’un autre article sur la grippe espagnole où ils expliquent qu’une des causes majeure de l’hécatombe fut que des personnes de cette génération est été infecté par H3N8 du coups ils avaient une moins bonne immunité a du H1.. . en bref ils sont pas serieux sur tout ceux la) Ensuite quand on… Lire la suite »

Antoine
1 année il y a

Cher amis du Média, Je vous écris en ce moment même de Belo Campo, un village situé au sud de l’état de Bahia, region centrale du Brésil. Modestement, j’aimerais contribuer de manière positive et avec le maximum d’objectivité en apportant quelques précisions à cet article sur ce qui peut être observé sur place: – Premièrement en ce qui concerne la démission du ministre de la Santé, ce n’est pas seulement le thème du confinement qui est évoqué par les plusieurs sources d’informations locales, mais son refus ombrageux de signer un décret relatif à la généralisation du traitement à base d’hydroxicloroquine… Lire la suite »

Tristan
1 année il y a

Un peu déçu de cet article. On dirait un média mainstream dans le ton. Journalisme d’opinion oui mais vous nous avez habitué à mieux dans l’argumentation.

Paul COELHO
1 année il y a

Bolsonaro a sans doute raison, les médecins constate aujourd’hui qu’ils ont été trompés et que ça se soigne avec des antibiotiques une grippe un peu plus fort que la normale mets dans la caractéristique principale et le marketing a été fait autour. Rendez-vous dans quelques semaines pour faire le bilan et donner raison à Bolsonaro.

Paul COELHO
1 année il y a
Reply to  Paul COELHO

Excusez les fautes, vous avez compris mon propos, je relirai la prochaine fois. Bolsonaro a sans doute raison, les médecins constatent aujourd’hui qu’ils ont été trompés et que ça se soigne avec des antibiotiques une grippe un peu plus fort que la normale, mais dont la caractéristique principale est le marketing a été fait autour. Rendez-vous dans quelques semaines pour faire le bilan et donner raison à Bolsonaro.

Paul COELHO
1 année il y a

On sait pas combien de contaminés en France et on le sait sans doute pas au Brésil mais ça peut être deux trois million 5 million pourquoi pas ça fait pas beaucoup de morts on considère les grippe chaque année comme inexistante et là tout d’un coup le même nombre de morts nous afolle parce que les média en parle.

Paul COELHO
1 année il y a

“Par ailleurs, les commentaires n’engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.” Ce que vous dites n’est pas sûr car Alain Soral il s’est retrouvé condamné pour un dessin qu’il n’avait pas fait.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account