Une athlète transgenre, née homme, va participer aux jeux olympiques avec les femmes


La mort du sport féminin ?


La néo-zélandaise Laurel Hubbard va devenir la première athlète transgenre à participer aux Jeux Olympiques. Au-delà de la question sociétale, cet évènement pose une sérieuse question d’équité sportive et pourrait signer la mort du sport féminin.

Il y a six ans, le comité international olympique avait autorisé les athlètes transgenres à concourir dans la catégorie opposée à leur sexe de naissance. Aujourd’hui, cette autorisation va se concrétiser avec la participation de Laurel Hubbard aux épreuves féminines d’haltérophilie catégorie des plus de 87 kilos. Une polémique enfle néanmoins sur l’équité sportive d’une telle décision.

« L’athlète remplit toutes les conditions pour participer » assure le CIO

Pour pouvoir concourir, Laurel Hubbard a dû tout de même se soumettre à quelques conditions. Elle devait d’abord « présenter depuis plus d’un an un taux de testostérone inférieur à 10 nanomoles par litre de sang ». Elle devait également « avoir déclaré son identité de genre comme femme depuis plus de quatre ans ». Un règlement qui pose question puisqu’il ne gomme pas les avantages physiologiques que Laurel Hubbard a obtenu dans les années antérieures et dont elle bénéficie toujours.

Bons sentiments VS réalité biologique

À vouloir prôner la tolérance et la bienveillance, le CIO a oublié une réalité pourtant évidente : de par sa constitution génétique, l’homme est largement avantagé physiquement par rapport à la femme. Par exemple, la concentration de l’hémoglobine, le débit cardiaque, la VO² max ou encore la masse musculaire sont en moyenne naturellement « plus faibles chez la femme »  explique le Dr. Patrick Bacquaert.

Où est l’équité sportive ?

Comment dans ces conditions, une personne née avec le sexe masculin, et qui a donc bénéficié de tous ces avantages génétiques au cours de son développement athlétique peut-il prétendre à participer aux mêmes épreuves que des femmes ? Personne ne pourra soupçonner une volonté sous-jacente de changer de sexe pour remporter des épreuves sportives, néanmoins, il reste que la compétition sera malgré tout faussée. Quel message envoie-t-on à une femme en laissant participer aux mêmes épreuves qu’elle un concurrent trop largement avantagé par son code génétique ?

LIRE AUSSI > RUGBY : LES ATHLÈTES TRANSGENRES SONT DÉSORMAIS AUTORISÉS À PARTICIPER AUX COMPÉTITIONS

Vers la mort du sport féminin ?

Si les instances sportives poursuivent dans cette voie, on peut avoir des craintes pour le sport féminin. Que vaudront les records de sports féminins le jour où ils seront détenus par des femmes transgenres qui auront bénéficié d’avantages biologiques masculins ? Quid également de l’intégrité physique des sportifs ? Dans des sports de contact une trop grosse différence physique pourrait provoquer des ravages. Avec cette iniquité, ne risque-t-on pas au final de bafouer les valeurs du sports et de tout simplement décourager les femmes de le pratiquer ?

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Avlula
1 mois il y a

On attend surtout l’inverse, des femmes qui participent aux épreuves masculines.

Yallouz
1 mois il y a

A vomir

Vincent Launay
1 mois il y a

La source du problème est de le dopage et la source de la source est le sport spectacle du capitalisme qui doit sans cesse battre des records, dépasser des limites pour assurer sa rentabilité. Tel le capital, le sport ne peut survivre que dans son mouvement d’accumulation…
Maintenant admettre des transgenres ou des femmes hyper dopées ne change pas grand chose à la nature du problème c’est une nouvelle barrière de franchie pour la valorisation du spectacle sportif.

Tony
1 mois il y a

L’ÉVOLUTION selon la France, les États-Unis…

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account