Assange : la deuxième partie du procès a repris ce matin à Londres


Un jugement décisif pour l’avenir d’Assange et du journalisme d’investigation

Auteur :

Aujourd’hui, lundi 7 septembre, signe la reprise du marathon judiciaire du procès de Julian Assange. À l’issue de celui-ci, la justice britannique devra décider si le fondateur de Wikileaks sera extradé vers les États-Unis.

Si la justice britannique valide cette extradition, le créateur de Wikileaks sera transféré aux États-Unis, où il encourt 175 ans de prison. Il est accusé d’avoir diffusé plus de 700.000 documents secrets concernant les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Afghanistan et en Irak. Les soutiens du journaliste australien ont appelé à manifester devant la cour criminelle de l’Old Bailey ce lundi matin. Julian Assange est actuellement détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, près de Londres, dans des conditions dénoncées par Juan Méndez, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, et ce depuis 16 mois.

Un jugement décisif pour l’avenir du journalisme

Ce procès est capital pour le journalisme. En effet, si Julian Assange est extradé, cela risquerait de créer un précédent qui permettra aux États-Unis de juger et condamner selon ses lois, n’importe quel journaliste du monde entier. Reporters sans frontières estime d’ailleurs qu’« accuser Assange d’espionnage pour ce travail-là, c’est faire peser pour l’avenir, sur les médias, sur le journalisme, une menace terrible ». L’ONG a déposé ce matin une pétition auprès des autorités britanniques. De très nombreuses autres organisations internationales dénoncent la persécution du journaliste, devenu un symbole pour le journalisme d’investigation.

Dupont-Moretti peut-il sauver Assange?

Notre actuel garde des Sceaux, Eric Dupont-Moretti, pourrait-il être une nouvelle carte à jouer pour le créateur de Wikileaks ? En effet, lorsqu’il était son avocat, l’actuel ministre de la Justice avait demandé au gouvernement français d’accorder l’asile politique à Julian Assange. Maintenant qu’il fait partie du gouvernement, tendra-t-il la main à son ancien client ? L’association Robin des Lois, qui milite pour l’amélioration des droits des détenus, a interpellé le ministre le 20 août dernier pour qu’il relance la demande d’asile auprès d’Emmanuel Macron. Suite à cette demande, la Chancellerie a répondu que « le garde des Sceaux ne peut pas interférer dans des procédures de demande d’asile qui relèvent de la responsabilité d’un organisme indépendant, l’Ofpra », l’Office français de protection des réfugiés et apatrides. La requête sera tout de même étudiée, mais il serait très surprenant que la Macronie, jusqu’alors très pliante devant Trump, ose le défier sur ce dossier sensible.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de