Après avoir imposé les masques à l’école, le gouvernement refuse leur gratuité


Une sacrée notion de la justice


Les écoliers de plus de 11 ans devront porter des masques pour se protéger du coronavirus. Mais l’exécutif refuse de les prendre en charge.

 Réclamée par une bonne partie de l’opposition, la gratuité des masques continue de faire débat. Ce mercredi, le gouvernement l’a réaffirmé, pas question de les prendre en charge, ni pour les employés, ni pour les écoliers. L’ustensile, qui doit être très régulièrement changé, représente pourtant un budget conséquent pour les ménages (250€ par mois selon les études).

« Pas de défaillance de l’État » selon Jean Castex

Le premier ministre français l’a assuré, l’État n’a rien à se reprocher. Il a ainsi martelé que les autorités aidaient déjà les foyers les plus précaires en leur envoyant des masques. Il a par ailleurs refusé de « payer des masques à des familles qui n’en avaient pas besoin ». Le second d’Emmanuel Macron semble pourtant oublier que ce sont les Français eux-mêmes qui financent l’État. Ne seraient-ils pas en droit de réclamer un service public de qualité, surtout lorsqu’une mesure devient obligatoire ? A-t-on également oublié les principes d’une éducation gratuite pour tous ?

LIRE AUSSI >  Pour Macron ce n’est pas au contribuable de payer des masques pour le contribuable…

Un ministre ose la comparaison avec le sida

Par ailleurs, en conseil d’État, une petite phrase de l’un des ministres macronistes a fait polémique : « On ne paie pas des préservatifs à tout le monde, alors que le sida tue lui aussi ! » Cette phrase n’a pas manqué de s’attirer les foudres des observateurs. Si quelques illuminés remettent en cause l’existence de ces deux maladies, c’est bien leur seul point commun. En effet, personne n’a encore attrapé le sida en prenant le bus ou en se rendant au collège…

Les collectivités contre-attaque

Face à ce manque de considération, certaines collectivités territoriales et mairies ont décidé de prendre les choses en main. Le département de Seine et Marne a par exemple choisi de prendre en charge le coût des masques pour les collégiens. La mairie de Marseille, a également indiqué qu’elle allait financer les masques de ses écoliers.

L’opposition vent debout

Une bonne partie de l’opposition s’est quant à elle dressée face au gouvernement. Ainsi pour le député européen insoumis Manuel Bompard « Des études nous montrent que pour un certain nombre de familles et de personnes le coût du masque est très important, jusqu’à 250€ par mois. La gratuité des masques est une mesure de santé publique qu’il faut prendre sans plus attendre : masques gratuits dès aujourd’hui ! ». De son côté Marine Le Pen a assuré que « L’obligation du port du masque peut s’entendre s’il est gratuit. ». Le député PCF Sébastien Jumel a, quant à lui, dénoncé une «  défection (qui) renforce les inégalités de prévention. » Des critiques qui tomberont certainement dans l’oreille sourde d’Emmanuel Macron.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de