L’activité humaine encore plus néfaste que l’astéroïde à l’origine de la disparition des dinosaures


La Terre pourrait mettre des millions d'années à s'en remettre


La vitesse de disparition des espèces a atteint un rythme dépassant celui de l’extinction des dinosaures. La Terre pourrait bien mettre des millions d’années à s’en remettre.

Il y a 66 millions d’années, un astéroïde géant frappait la Terre, faisant exploser le taux de CO²  et la température sur notre planète. À l’époque, près de 76% des espèces vivantes en avaient payé les conséquences en disparaissant définitivement. Il s’agissait alors de la 5ème extinction de masse. Selon les scientifiques, la 6ème extinction, imputable à l’être humain, aurait déjà démarré et aurait même un rythme encore plus rapide que celle du Crétacé. À moyen terme, un million d’espèces animales et végétales se dirigent vers l’extinction.

L’humanité court à sa perte

Si le dérèglement climatique rapide que nous subissons actuellement, et dont l’être humain est en très grande partie responsable, reste le facteur numéro un de ce début d’extinction, il n’est pas le seul. En effet, la pollution, la surexploitation des terres, l’élevage, la déforestation et la destruction des écosystèmes sont autant de causes de ce désastre environnemental. En moins d’un demi siècle, le monde a déjà ainsi perdu pas moins de 68% de sa population de vertébrés. Et dans cette histoire, l’humanité ne sera sans doute pas épargnée.

Des millions d’années nécessaires au rétablissement

C’est en se basant sur l’étude de gastéropodes que les scientifiques ont pu établir leur prédiction. En effet, ces spécimens présentent l’avantage d’être très diversifiés dans les écosystèmes d’eau douces et d’avoir des registres de fossiles très bien conservés, ce qui permet une étude jusqu’à l’époque de la dernière extinction. À ce moment là, 92.5% des spécimens avaient disparu en 5.4 millions d’années. Il avait ensuite fallu 6.9 millions d’années pour un retour à la normale.

LIRE AUSSI > SYMPTÔME D’UNE EXTINCTION DE MASSE, UN QUART DES INSECTES ONT DISPARU DEPUIS 1990

D’ici 500 ans, 75% de la biodiversité pourrait avoir disparu

En se basant sur le rythme de disparition de ces gastéropodes à l’heure actuelle, les scientifiques ont établi que 75% d’entre eux pourraient avoir disparu d’ici 500 ans, si rien ne changeait très rapidement d’ici la fin du siècle. En extrapolant ces chiffres aux autres espèces, et en particulier à l’humanité, il y a de quoi nourrir de lourdes inquiétudes. De quoi entamer un véritable virage écologique ?

Lé Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Petit Patapon
3 mois il y a

Il ne suffit pas de s’arrêter à la responsabilité de l’être humain, car celui-ci a existé des centaines de lilliers d’années avant que le désastre du réchauffement ne soit amorcé.

C’est l’addition être humain + énergie fossile + capacité de franchir les anciennes limites + incapacité de réagir conformément aux anticipations.

La catastrophe est plus celle du capitalocène que de l’anthropocène.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account