7 bonnes raisons de sortir de l’euro et revenir au franc


Et si on arrêtait d'avoir peur ?


Sortir de l’euro et retrouver une monnaie nationale présenterait de nombreux avantages. Le Média pour Tous expose sept bonnes raisons de le faire (et ce ne sont pas les seules).

Si on écoute la quasi intégralité des médias de masse, sortir de l’euro serait une pure folie et ceux qui se raccrochent à cette idée ne comprendraient tout simplement rien ni à l’économie ni à la politique. Pourtant, il existe de très bonnes raisons de souhaiter le retour d’une monnaie nationale. De Frédéric Lordon à Florian Philippot, en passant par Jacques Sapir, François Asselineau ou Jacques Cheminade, tous en sont convaincus : il faut retrouver une monnaie nationale. Voici sept arguments majeurs.

1. Les États européens n’ont pas les mêmes intérêts

Personne ne l’ignore, l’Union Européenne n’est pas un état fédéral comme le sont les États-Unis. À ce titre, chaque nation européenne a des intérêts divergents et une économie différente. Il existe par exemple une très grande disparité fiscale ou sociale entre les pays européens. Les traités européens la favorisent même très fortement. L’UE ne dispose pas non plus d’un fédéralisme budgétaire ; l’euro n’a d’ailleurs pas été créé pour fonctionner ainsi. Au demeurant, l’économiste Jean-Jacques Rosa affirme que « la monnaie unique est contestable lorsque les États concernés ont des structures et des conjonctures dissemblables ou divergentes ».

2. L’Euro est un outil de domination allemande

À l’origine, si l’Allemagne a accepté l’euro, c’est pour pouvoir s’en servir comme un outil de domination. La crise grecque a, en ce sens, parfaitement démontré comment, grâce à l’euro, l’Allemagne a pu mettre un pays à genoux. À tel point qu’elle a soumis au néolibéralisme un dirigeant qui se réclamait du socialisme radical. Pour ces raisons, en aucun cas l’Allemagne n’accepterait un changement de paradigme ; celle-ci préférerait sans doute quitter l’euro que de se voir imposer un tournant social. La valeur de l’euro a d’ailleurs été fixée sur la base de la monnaie allemande. Dans ce cadre, les autres pays ne sont plus que ses vassaux. Ce même processus de domination existe aussi sur les pays africains dotés du Franc CFA.

3. Rompre avec les traités de l’austérité

Les politiques austéritaires, dictées par l’Union Européenne, sont directement liées au pouvoir monétaire. Les traités européens imposent même un certain nombre de règles qui transforment l’euro en un poison. Celui-ci permet en effet de fixer notre niveau d’endettement public et les formes du financement des déficits. Les États n’ont, en outre, plus aucune influence sur la banque centrale européenne, totalement indépendante suivant le dogme des monétaristes. Impossible dans ce cadre pour un peuple européen de dévaluer sa monnaie, d’avoir la main sur son niveau d’inflation ou sur sa politique budgétaire, et donc, in fine, sur son taux de chômage ou, plus indirectement, sa “croissance”.

4. Se libérer de la dette

La dette, qui nous assomme et qui s’accroît d’année en année, ne sera jamais remboursée, tout le monde en a conscience. Pourtant, nos dirigeants continuent de s’en servir comme prétexte pour imposer leur politique de destruction des services publics. Incapables de se financer eux-mêmes avec leur propre banque centrale, les États européens n’ont plus la moindre chance d’éradiquer cette dette par une répudiation pure et simple, comme l’ont fait par exemple l’Equateur ou l’Argentine dans les années 2000.

5. Sortir du carcan des banques privées

La dette est d’ailleurs amplifiée de jour en jour par le pouvoir que l’euro a donné aux banques privées. En effet, les États n’ont aujourd’hui pas le droit d’emprunter à leur banque nationale à taux 0, ni même à la banque centrale européenne. Ils sont au contraire contraint d’emprunter à des banques privées, avec intérêt. De fait, celles-ci ont pris le pouvoir sur nos vies, comme l’expliquait Vincent Lapierre en 2018.

6. L’euro n’a rien à voir avec la paix ou le rapprochement des peuples

À la volonté de sortir de l’euro, on entend souvent les mêmes arguments du « repli sur soi »,  ou de l’absence d’ouverture au monde. Pourtant, au contraire, selon Jacques Sapir, l’euro a plutôt « accru les divergences entre les pays ». Les européens n’ont d’ailleurs jamais eu besoin de l’euro, ni même de l’UE pour échanger entre eux. Plusieurs projets européens sont mêmes totalement indépendants de la monnaie unique, comme Ariane, Airbus ou encore Erasmus. Et que dire des pays non membre comme la Suisse ou la Norvège ? Vivent-ils pour autant en autarcie, dans la misère économique et la haine de l’autre ? Certainement pas.

LIRE AUSSI > L’Europe en berne, la santé plébiscitée, quelles seront les priorités des Français pour le monde d’après ?

7. L’euro va s’effondrer de toute façon

Bon nombre d’économistes le prédisent, l’euro n’a de toute façon pas d’avenir à long terme. Contre toute attente, la fin pourrait même venir de l’Allemagne elle-même, lassée de payer pour les pays du sud. Ou bien au contraire, c’est l’un des pays martyrisés par la troïka qui décidera de quitter la zone euro. Cette idée commence d’ailleurs déjà à émerger en Italie. Dans les deux cas, la zone euro n’y survivra probablement pas. En 2012, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz disait : « les premiers qui quitteront l’euro s’en sortiront le mieux ». Qu’attend la France pour le faire ?

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
9 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jean Catherinet
7 mois il y a
Jean Catherinet
7 mois il y a
Jean Catherinet
7 mois il y a

Bienvenue à L’UPR Vincent lapierre

Jehelle Leboeuf
7 mois il y a

J’aimerais beaucoup le retour au Franc. Mais selon quelle parité ?
J’ai un jour entendu Marine Le Pen préconiser 1 euro = 1 franc.
Sauf que l’euro, nous l’avons payé 6,55957 francs.

Vernier
7 mois il y a

Bonjour.
Je suis d accord pour que la France retrouve sa souveraineté remettre le franc mais à son ancienne valeur je suis un simple ouvrier mais il me semble que si notre monnaie est basse les investisseurs resteront voir une reprise de l industrie car nous deviendrons très attractifs.
Reprendre la main sur nos infrastructures EDF-EAU-GAZ services postaux éducation rebatisson une France forte et indépendante et pour réussir ils nous faut être solidaire unis et présent en 2022 vivre la France

josset
7 mois il y a

À Jehelle: la question ne se pose pas; la parité n’a aucune influence sur la valeur; pour expliquer cela: supposons qu’un bout de pain vaille 1 euro et que ton salaire mensuel est 2000 euros: ton pain vaut donc 1/2000 ème de ton salaire 1)si on revient au franc avec la parité 1 ton pain vaudra 1 franc et ton salaire mensuel sera de 2000 F: ton pain vaudra donc encore 1/2000 ème de ton salaire; 2) si on revient au franc avec l’ancienne parité 1 euro=6,56 francs: ton pain vaudra 6,56 franc et ton salaire 2000×6,56 francs=13120 F …… Lire la suite »

J-N
6 mois il y a
Reply to  josset

Sauf que les salaires sont restés globalement à la même valeur qu’il y a 20 ans au passage à l’euro, mais les prix, eux, ont pris une sacrée claque. Si on revient au franc, il faudra réfléchir à comment faire pour revenir à l’équivalence de pouvoir d’achat que l’on avait il y a 20 ans. Ça passe par, ou une baisse drastique des prix (peu probable car les prix sont basés sur les valeurs des matières premières au niveau mondial, entre autres) , ou par une augmentation substantielle des salaires (peu probable aussi car ça risque de ne pas inciter… Lire la suite »

J-N
6 mois il y a
Reply to  josset

Je précise que je suis loin d’être hostile à la sortie de l’euro, bien au contraire !

Jehelle Leboeuf
2 mois il y a
Reply to  josset

Merci pour ton explication.
Néanmoins, je rejoins J.N. ci-dessous.
Flambée des prix il y a eu et ça continue.
Au final, je considère qu’avec l’euro on nous a fait un sale tour.
Idem pour les Italiens, à ma connaissance.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account