Retournement de situation


Source : UPR


Après avoir appris via Paris Match qu’Emmanuel Macron avait récemment contacté le professeur Raoult par téléphone – sous la pression de Brigitte Macron qui l’aurait également contacté préalablement – nous apprenons par le Journal Officiel qu’un décret a été publié ce jour, 26 mars 2020, autorisant la prescription de l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir, sa dispensation et son administration “sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile.” Le décret précédent n’autorisait son administration que pour les cas graves. 

En d’autres termes, le gouvernement fait volte face et donne raison au professeur Raoult en généralisant l’usage de la Chloroquine comme remède à l’épidémie de coronavirus, sous contrôle médical. Par ailleurs, l’exportation des spécialités contenant l’association lopinavir/ritonavir ou de l’hydroxychloroquine est déclarée interdite.


Voici le décret (que vous pouvez retrouver dans sa totalité sur le site du gouvernement, ici) :

« Chapitre 7

« Dispositions relatives à la mise à disposition de médicaments

« Art. 12-2. – Par dérogation à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique, l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile.

« Les médicaments mentionnés au premier alinéa sont fournis, achetés, utilisés et pris en charge par les établissements de santé conformément à l’article L. 5123-2 du code de la santé publique.

« Ils sont vendus au public et au détail par les pharmacies à usage intérieur autorisées et pris en charge conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l’article L. 162-17 du code de la sécurité sociale. Le cas échéant, ces dispensations donnent lieu à remboursement ou prise en charge dans ce cadre sans participation de l’assuré en application des dispositions de l’article R. 160-8 du même code. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est chargée, pour ces médicaments, d’élaborer un protocole d’utilisation thérapeutique à l’attention des professionnels de santé et d’établir les modalités d’une information adaptée à l’attention des patients.

« Le recueil d’informations concernant les effets indésirables et leur transmission au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent sont assurés par le professionnel de santé prenant en charge le patient dans le cadre des dispositions réglementaires en vigueur pour les médicaments bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché.

« La spécialité pharmaceutique PLAQUENIL© et les préparations à base d’hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d’officine que dans le cadre d’une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d’un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.

« Afin de garantir l’approvisionnement approprié et continu des patients sur le territoire national, en officines de ville comme dans les pharmacies à usage intérieur, l’exportation des spécialités contenant l’association lopinavir/ritonavir ou de l’hydroxychloroquine est interdite. Ces dispositions ne s’appliquent pas à l’approvisionnement des collectivités relevant des articles 73 et 74 de la Constitution et de la Nouvelle-Calédonie.

« Pour l’application du présent article, sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l’Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. ».

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
116 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Vacances
3 mois il y a

Merci Madame Macron,
Le bon sens a prévalu enfin !

LESUR Christian
3 mois il y a
Reply to  Vacances

Elle a plus de bon sens que son mari ! Privilège de l’âge ?

Charles-Etienne Lavil
3 mois il y a

Et un peu d’angoisse liée à l’âge compte tenu des statistiques.
Tant mieux.

CORRE Régis
3 mois il y a

Elle est mal mariée, elle mérite mieux !

Michele Chavret
3 mois il y a
Reply to  CORRE Régis

Une belle vérité

SBERRO Danielke
3 mois il y a

Eh oui ! les seniors que nous sommes aujourd’hui avons été aussi jeunes et avions compris que les années passées nous ont appris la VIE !!!

ZNASNI
3 mois il y a
Reply to  Vacances

Plutôt la pression et les plaintes qui vont se multiplier point la raison

Nikie
3 mois il y a
Reply to  Vacances

Enfin une très Bonne Nouvelle….Grand Merci au Professeur Raoult et aussi à Madame Macron…

boukaba
3 mois il y a
Reply to  Vacances

ELLE ET ATTEINT DU VIRUS BRIGITTE DONC CELA ET NORMAL

Flopom
3 mois il y a

Victoire! Il a disrupté!

Ansola
3 mois il y a

Alléluia tout arrive

Patrick Mr quesney
3 mois il y a

BRAVO PROFESSEUR

Carras
3 mois il y a

Étrange que seuls les rhumatologues, neurologues, dermatologues, néphrologues soient habilités à délivrer le plaquenil 🤔

Monelan
3 mois il y a
Reply to  Carras

Non il est écrit aussi les médecins internes, pédiatres et tout autre médecin. 😉

Cham
3 mois il y a
Reply to  Monelan

la médecine interne ce n’est pas les internes des hôpitaux, la médecine interne est un service de l’hôpital qui prend notamment en charge les maladies rares comme le lupus. La prescription par un médecin de ville ne sera possible que si le patient a déjà une ordonnance lui prescrivant du plaquénil, en gros le médecin de ville ne pourra que renouveler une ordonnance et pas en prescrire une à monsieur et madame tout le monde ce qui est très bien ainsi.

Superdupond
3 mois il y a
Reply to  Cham

Pourquoibtrs bien ? Abruti

Cham