Le Premier ministre a fait part ce jeudi de son malaise face à l’exultation des partisans du maintien en vie de Vincent Lambert.

L’utilisation du terme “remontada” ne passe pas. Le Premier ministre Édouard Philippe s’est dit jeudi “assez choqué” par “l’espèce de joie malsaine” affichée par l’un des avocats des parents de Vincent Lambert, qui a sauté de joie après la décision judiciaire surprise mardi soir de reprendre les soins. Ce dernier était même allé jusqu’à parler de “remontada”, mot habituellement utilisé dans le jargon sportif.

“Dans cette affaire d’une complexité et d’une difficulté humaine redoutables, j’ai été assez frappé et assez choqué par l’espèce de joie bizarre et à mon avis malsaine”, a déclaré le chef du gouvernement sur Cnews, en déplorant qu’on puisse “parler de remontada dans ce cas”. Lui prend au contraire cette affaire avec “beaucoup de tristesse” en y voyant “une famille qui est profondément divisée”.

“On a gagné !”, “C’est la remontada !”

La nouvelle est tombée lundi soir en pleine marche parisienne réunissant plusieurs centaines de personnes qui réclamaient “la vie pour Vincent”. Une énorme clameur a retenti quand l’un des avocats des parents, Me Jérôme Triomphe, a lancé à la foule “On a gagné !”. “C’est la remontada !”, s’est exclamé l’autre avocat, Me Jean Paillot.

Les directives anticipées comme “solution”

“On est à la fois dans la question de principe mais on est aussi dans la question intime et personnelle”, a souligné le Premier ministre, en confessant “que nous avons eu avec mon père à nous poser la question de l’arrêt des soins”. “C’est un vrai sujet politique avec un grand P, parce que c’est un sujet de société, mais surtout pas un sujet de petite politique”, a mis en garde le Premier ministre, en assurant l’aborder avec “beaucoup d’humilité”.

Pour lui, la “solution” n’est “pas nécessairement dans une loi” mais elle est d’abord “individuelle”: “La première leçon c’est de rédiger des directives anticipées”. “On est submergé de coups de fil, de mails, ça n’arrête pas”, affirme à ce propos dans Le Parisien, une bénévole de l’association pour le droit de mourir dans la dignité. Selon elle, l’affaire Vincent Lambert a servi d’électrochoc à des nombreuses personnes qui souhaitent désormais savoir comment réaliser leurs directives anticipées.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account