Pour Temir Porras, ancien directeur de cabinet de Nicolas Maduro, les pays qui ont reconnu Juan Guaido jettent de l’huile sur le feu. Interrogé par franceinfo, il appelle à un dialogue pacifique entre les différents acteurs.

Deux semaines après l’auto-proclamation de Juan Guaido à la présidence par intérim du Venezuela, c’est toujours Nicolas Maduro, soutenu par l’armée, qui occupe le palais présidentiel à Caracas. Et sans conduite de négociations pour trouver une voie de sortie à cette crise, la tension continue de monter dans le pays. Elle s’exporte même sur la scène internationale : de nombreux États prennent parti, les uns reconnaissant Juan Guaido comme président légitime, les autres restant fidèles à Nicolas Maduro.

Quel rôle jouent ces puissances étrangères dans ce face-à-face entre Maduro et son opposition au Venezuela ? Et quelles sont les clés d’une sortie de crise ? Franceinfo a interrogé Temir Porras, fin connaisseur de la politique vénézuélienne. Cet enseignant à Sciences-Po a été le conseiller en politique étrangère du président Hugo Chavez et directeur de cabinet de Nicolas Maduro.

Franceinfo : Pouvez-vous nous expliquer d’où vient la crise politique actuelle au Venezuela ?

Temir Porras : La polarisation au Venezuela n’a pas commencé la semaine dernière. La contestation de la légitimité de Maduro a démarré le jour où il a été élu, en 2013. Et ce jour là, il n’avait pas encore démontré toute l’étendue de son incompétence et de son autoritarisme. La dégradation des conditions économiques et sociales dans le pays lui a ensuite coûté sa défaite aux législatives de 2015.

Une coalition d’opposition, composée notamment de fractions insurrectionnelles, a alors obtenu une majorité de deux tiers à l’Assemblée nationale. Cela a provoqué une crise de régime, car ces deux tiers donnaient des pouvoirs très larges à l’opposition conservatrice : elle pouvait changer la composition du tribunal suprême, destituer des ministres et même le vice-président de la République. Le tribunal suprême, qui est contrôlé par des alliés de Maduro, a dessaisi l’Assemblée nationale de ces pouvoirs. C’est ça le point de départ de la crise institutionnelle. Et en 2018, l’opposition a refusé de participer à l’élection présidentielle. Résultat : le vainqueur Nicolas Maduro a une légitimité légale, mais pas politique.

Que vient faire Juan Guaido, le président de l’Assemblée nationale, dans cette crise ? Comment s’est-il retrouvé le principal opposant à Nicolas Maduro ?

Juan Guaido est un député conservateur de Voluntad Popular, un parti minoritaire au sein de la coalition qui contrôle l’Assemblée nationale. Cette coalition a mis en place une présidence tournante : 2019 était l’année de Voluntad Popular. Comme les leaders du parti sont soit en prison, soit en exil, c’est Juan Guaido, élu d’un petit État à seulement 35 ans, qui s’est retrouvé à occuper la fonction de président de l’Assemblée en janvier.

L’auto-proclamation de Juan Guaido s’inscrit dans la droite lignée de la tradition insurrectionnelle de Voluntad Popular. Mais dire que cette ligne de confrontation est le fruit d’un consensus de toutes les forces d’opposition au Venezuela est une absurdité. Ainsi, Henrique Capriles [considéré jusqu’à maintenant comme leader de l’opposition à Maduro] a dit qu’il n’était pas au courant que Juan Guaido allait s’auto-proclamer président par intérim. Mais comme il y a un énorme élan derrière lui, beaucoup de leaders de l’opposition vénézuélienne se taisent et attendent de voir comment la situation va évoluer.

Pourquoi certains États ont-ils si rapidement reconnu Guaido comme “président par intérim” ?

C’est le résultat d’une concertation entre la partie la plus à droite de l’opposition vénézuélienne et certains pays : les États-Unis et ceux appartenant au groupe de Lima, un groupe informel de gouvernements conservateurs d’Amérique latine auquel s’est aussi joint le Canada. En fait, tout part de l’élection contestée de Maduro en 2018 par une partie de l’opposition et par ces pays. N’ayant pas reconnu le résultat, ils ont décidé qu’à partir du 10 janvier 2019, date de l’investiture de Maduro, il y avait une usurpation de la présidence. C’est ce qui leur a permis de justifier toutes les actions suivantes, dont l’auto-proclamation de Juan Guaido.

Quel regard portez-vous sur la reconnaissance accordée à Guaido par la France et d’autres pays européens ?

La position des pays européens de donner un ultimatum de huit jours à Maduro pour organiser des élections présidentielles avant de reconnaître Juan Guaido est une position schizophrène et incompréhensible. J’ai essayé de comprendre pourquoi huit jours… Finalement, j’interprète cet ultimatum comme une simple posture pour se démarquer de l’administration Trump et apparaître plus “dialoguants”.

Mais l’Union européenne se retrouve désormais dans une configuration un peu “baroque”. Comme il n’y avait pas de consensus, la chef de la diplomatie européenne a proposé de mettre sur pied un groupe de contact composé de huit pays européens [qui ont défendu l’ultimatum] et de pays latino-américains. La première réunion va avoir lieu le 7 février, à Montevideo. Le groupe de contact s’est donné 90 jours pour trouver une solution, ce qui me semble bien plus raisonnable que huit jours.

Source francetvinfo.fr – lire la suite de l’article

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account