Venezuela : Des documents révèlent que les États-Unis sont intervenus dans les élections


Par Le Grand Soir

L’indignation suscitée par la prétendue intervention russe dans les élections américaines a été générale. Mais des documents obtenus par Jacobin révèlent que les États-Unis sont intervenus dans les élections vénézuéliennes en donnant une formation aux forces d’opposition afin qu’elles puissent utiliser Facebook contre le parti du président Nicolás Maduro.

Ces derniers mois, les législateurs américains ont condamné Facebook pour avoir nui à la santé des enfants, amplifié la violence entre Washington et l’Inde et diffusé des informations erronées sur le COVID-19 et son vaccin. Ces critiques font suite à la fuite de milliers de documents internes de l’entreprise, connue sous le nom de Facebook Papers, qui révèle qu’alors que Facebook connaissait parfaitement le rôle de ses produits dans le développement d’une série de comportements toxiques, l’entreprise a refusé de prendre des mesures énergiques pour y remédier, faisant passer ses profits avant la protection de la santé.

Pourtant, alors que les législateurs exploitent les retombées politiques de la fuite pour intensifier leurs attaques contre le géant technologique, les contribuables pourraient également trouver intéressant de savoir que le gouvernement américain a financé des programmes visant à aider les partis politiques d’opposition et les militants à utiliser Facebook pour saper les gouvernements étrangers. Le Venezuela en est un bon exemple.

Après la mort de l’ancien président socialiste vénézuélien Hugo Chávez, le National Democratic Institute – une branche indépendante du gouvernement américain créée pour financer et soutenir les partis politiques à l’étranger de manière plus formelle que la Central Intelligence Agency – a financé des membres de l’opposition vénézuélienne pour qu’ils utilisent le géant des médias sociaux afin de mobiliser leurs partisans et rallier les partisans du gouvernement socialiste à leur cause, les faire passer « de l’autre côté ». Nous avons récemment reçu des documents du gouvernement américain issus d’une demande en vertu de la loi sur la liberté d’information (FOIA) qui montrent comment le gouvernement a élaboré un programme axé sur l’utilisation de Facebook pour aider l’opposition vénézuélienne lors des élections municipales de 2013 et des élections législatives de 2015. Ces documents prouvent, en d’autres termes, que le gouvernement américain utilise activement les médias sociaux pour interférer avec les élections d’autres pays.

La crise de Facebook

Des militants du monde entier ont utilisé Facebook, Twitter et d’autres médias en ligne pour transmettre des messages, organiser des manifestations et même faire tomber des gouvernements. Étant donné l’importance de Facebook en particulier, la pression s’est accrue pour réguler la diffusion de messages sur le site. Les législateurs américains, par exemple, ont reproché à l’entreprise de ne pas avoir pris de mesures contre les campagnes de désinformation présumées de la Russie visant à semer le chaos et à influencer les élections aux États-Unis. En outre, nombreux sont ceux qui ont dénoncé l’incapacité de l’entreprise à sévir contre les militants pro-Trump quand ils ont affirmé que les élections de 2020 étaient frauduleuses et ont utilisé le site pour organiser la rébellion du 6 janvier à Washington.

Dans le sillage des Facebook Papers, les législateurs américains ont ravivé leurs critiques à l’encontre du géant technologique. Les documents révèlent que les dirigeants de Facebook savaient que les « mécanismes de base » (c’est-à-dire les algorithmes) de leur plateforme conduisaient les utilisateurs vers les messages les plus provocateurs, les plus controversés et les plus polémiques dans leur fil d’actualité, entraînant ainsi une série de comportements socialement toxiques.

Par exemple, les documents révèlent qu’en dépit de recherches internes prouvant que l’application Instagram de l’entreprise nuit à l’estime de soi des enfants, les dirigeants de Facebook sont allés de l’avant dans leurs projets de développement d’une application similaire pour les enfants de moins de treize ans – et n’ont arrêté ces projets que deux semaines après la révélation des Facebook Papers. Ils décrivent également les préoccupations croissantes de la direction de l’entreprise concernant les impacts sociaux plus larges de la plateforme, allant de la facilitation de la violence politique et de la diffusion de la désinformation COVID-19 à son utilisation par les cartels de la drogue, les trafiquants d’êtres humains et les groupes armés pour engager des tueurs à gages, décrire des meurtres, réduire des femmes en esclavage et promouvoir le génocide dans des pays comme la Birmanie.

Les documents montrent qu’en réponse, les dirigeants de Facebook ont privilégié le profit en refusant de prendre des mesures concrètes – optant plutôt pour des tactiques de management de style relations publiques – par crainte que la modification de leurs algorithmes ne réduise l’implication des utilisateurs et donc la croissance de la plateforme.

Cette situation a donné lieu à la pire crise politique de l’histoire de l’entreprise (du moins depuis Cambridge Analytica), incitant l’entreprise à annoncer un changement du nom de sa marque. Les législateurs démocrates et républicains ont capitalisé sur la crise pour fustiger davantage encore Facebook, affichant même un soutien bipartisan en faveur d’une plus grande régulation du géant technologique.

LIRE LA SUITE 


Voir ou revoir: 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account