Frédéric Farah : « L’UE n’est pas le rempart mais la succursale de la mondialisation »


Propos de Frédéric Farah recueillis par Front Populaire

Frédéric Farah est économiste, chercheur affilié au laboratoire PHARE de la Sorbonne (Paris I) et enseignant. Il est l’auteur de Fake State (2020) chez H&O. En cette date anniversaire, nous l’avons interrogé sur les conséquences politiques et économiques du Traité de Lisbonne.

Front Populaire : Nous sommes aujourd’hui le 4 février 2021. Il y a 13 ans, le 4 février 2008, le Congrès a voté la révision de la Constitution pour permettre la ratification du Traité de Lisbonne. Quel souvenir gardez-vous de cet épisode ?

Frédéric Farah : Je dirais et cela relève de l’évidence : un mauvais souvenir. Plus encore, c’est une forme de colère qui me revient. La parole du peuple français, peuple souverain, faut-il encore le rappeler, voyait son choix de 2005 balayer d’un revers de la main. La rupture entre les mandés et les mandants était consommée. La sécession des élites et la grande liquidation démocratique continuaient de plus belle.

Je me souviens que Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007 avait très largement annoncé qu’il ne resterait pas sans réagir face au refus des français de 2005. Rares ont été les moments de joie, d’espérance politique, ces trente dernières années en France. Je n’en garde que deux : 1995 et 2005. Ce mois de décembre 1995, restera un formidable souvenir et 2005 aussi. Depuis plus rien, l’hiver politique et démocratique n’en finit pas. Donc ce 4 février est un bien triste anniversaire.

FP : Le Traité de Lisbonne signe la naissance officielle de l’« Union » européenne, dotée d’une personnalité juridique propre. L’idée était de faire converger les pays dans les esprits en attendant leur convergence économique, mais cela n’a jamais eu lieu ?

FF : L’Union européenne est une machine à fabriquer de la divergence, de la dissension, des stratégies non coopératives, de la méfiance et des préjugés dans les domaines politiques, économiques et sociaux. Il serait long de tout démontrer, mais prenons pour exemple, le fameux couple franco-allemand, à ce sujet je recommande l’indispensable livre de la très regrettée Coralie Delaume, Le couple franco-allemand n’existe pas. Ce dernier, au-delà du fait qu’il n’a que peu de réalité, se fonde aussi sur la méfiance. François Mitterrand voulait faire l’euro pour, disait-il, « clouer la main de l’Allemagne sur la table ».

Regardons comment la presse allemande ou encore l’ancien président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a parlé des pays du sud. Le racisme qui transpire de leurs propos est évident. Les préjugés ont la vie dure et croire que ce sont les échanges économiques qui font émerger la conscience d’un destin partagé, c’est illusoire. La concurrence économique la plus terrible se déploie en Europe et ne crée pas des rapprochements mais de la méfiance. L’UE n’est pas le rempart contre la mondialisation dérégulée, elle en est la succursale. D’un point de vue économique, comme l’ont montré les travaux de David Cayla, le marché unique provoque des effets d’agglomération et, de ce fait, renforcent la position industrielle des dominants comme l’Allemagne, les Pays bas, l’Autriche.

La désindustrialisation du sud est devenue alarmante. L’euro a aggravé cette tendance. Aujourd’hui, si l’on observe des indicateurs comme la productivité, le taux d’activité, le taux d’emploi, le chômage, la recherche et le développement, les divergences entres nations européennes ne cessent de croître. Nous sommes plus que jamais dans un rapport centre-périphérie en Europe. Autrement, une crise qui n’est pas assez mise en avant, c’est la crise démographique. Les pays du sud, et pas seulement, connaissent une crise démographique importante : faiblesse de la natalité, départ de la jeunesse formée. Le paysage est préoccupant.

FP : 2008 est aussi l’époque où commence à se mettre en place la balance « Target 2 » qui va consacrer la convergence des euros vers les pays du Nord, Allemagne en tête. Cette balance ne montre-t-elle pas à quelle point l’euro-système est favorable à l’Allemagne ?

FF : Pour mémoire et comme l’indique l’euro-système, Target 2 « est un système de paiement appartenant à l’Eurosystème, qui en assure le fonctionnement. Il s’agit de la principale plate-forme européenne de traitement des paiements de montant élevé, utilisée à la fois par les banques centrales et les banques commerciales pour exécuter les paiements en euros en temps réel ». Sans rentrer dans des détails techniques, il s’agit d’un observatoire des déséquilibres du sud par rapport au nord.

C’est une source d’inquiétude, car ces derniers sont si significatifs que des pays tentés par une sortie de l’euro se trouveraient dans une position débitrice vis-à-vis de la Banque centrale. Cela révèle aussi, comme vous le dites, la position dominante de l’Allemagne. Partout où l’on regarde, les déséquilibres surgissent, l’Allemagne récupère l’épargne des pays du sud, engrange des excédents problématiques, polarise le développement industriel. On pourrait ajouter que les pays qui évoluent autour d’elle comme les Pays-Bas, l’Autriche bénéficient de cette dynamique.

Comme le montrait justement Coralie Delaume, il s’agit moins d’une intention de l’Allemagne que sa capacité à tirer partie des structures européennes et des orientations qui ont été prises. La manière dont le marché unique a fonctionné n’a eu rien à voir avec le libéralisme un peu bête et doctrinaire de ses promoteurs. Dans son fonctionnement, il a renforcé tout bonnement les pays qui portaient une véritable histoire et tradition industrielle. L’Allemagne en a logiquement profité.

Sans compter que la disparition de la RDA, et de l’ancien bloc de l’est lui ont permis d’avoir des délocalisations de proximité, lui permettant d’allier la qualité de ses produits et une production à meilleure marché. A cela, vous ajoutez une stratégie non coopérative initiée à la fin des années 1990 par la social-démocratie allemande version Schroeder qui a fait le choix des exportations à tout crin au détriment de la demande intérieure, vous comprenez un peu mieux sa position de force.

Puis l’Allemagne a continué à défendre ses intérêts en occupant les postes stratégiques des institutions européennes. Dans la précédente Commission, la réalité du pouvoir était celle de Martin Seylmar, le directeur de cabinet de Jean-Claude Juncker. Aujourd’hui, ce faux nez disparait puisque c’est une allemande, Madame Van der Leyen, qui est aux commandes. Que les Allemands défendent leurs intérêts nationaux ne me choque pas. Le problème n’est pas allemand, il est français. Les élites françaises sont aussi arrogantes qu’incompétentes.

Elles détestent leur propre nation et sont incapables de défendre des intérêts nationaux. Face au vide abyssal, l’Allemagne peut avancer très logiquement. La stratégie française depuis les années 1980 consiste à céder le plus de souveraineté, ressembler à l’Allemagne pour acquérir de l’influence. C’est une stratégie perdante, surtout pour la nation française qui se marginalise. La crise de la Covid a montré de manière tragique et grotesque les conséquences des choix de nos élites en matière de politique économique, sociale et sanitaire.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account