Une tribune de soutien à François de Rugy reste lettre morte



Une tribune de soutien à François de Rugy a circulé ce week-end au sein de la majorité, selon des informations recueillies par BFMTV. Pour finalement être abandonnée.

Peine perdue pour les soutiens de François de Rugy. Emmêlé dans des révélations de Mediapart rapportant ici de fastueux dîners quand il était président de l’Assemblée, là l’occupation d’un logement à vocation sociale quand il était encore à Nantes, mais encore de coûteux travaux, le ministre de la Transition écologique et solidaire s’est défendu vendredi d’avoir un train de vie ostentatoire.

Pour appuyer cette riposte, selon nos informations, les proches du ministre ont rédigé une tribune relayée par le cabinet de l’intéressé. D’entrée de jeu, le texte expose que « derrière le déluge d’attaques auxquelles est confronté aujourd’hui François de Rugy, il n’y a pas que l’honneur d’un homme – et c’est déjà beaucoup! – qui se joue. Il y a aussi une certaine conception de la démocratie ».

La tribune insiste sur la transparence promue par l’ancien député écologiste alors qu’il était au Perchoir, et ses rédacteurs l’affirment: « Nous connaissons l’Homme, nous avons travaillé avec lui, et nous ne reconnaissons rien de lui dans le portrait que certains tentent d’en faire aujourd’hui. »

D’ailleurs, preuve de bonne foi pour ses soutiens, François de Rugy n’a « pas hésité à divulguer des pans de sa vie privée et intime ». « Ce combat pour une certaine idée de la démocratie et ce refus de laisser jeter en pâture l’honneur d’un responsable politique dépassent la seule personne de François de Rugy: il nous engage tous », font-ils valoir.

Quelques dizaines de signatures

Tous, sauf manifestement son entourage politique. La tribune a « tourné entre nous ce week-end, par mail ou via Telegram », confirme à BFMTV un député LaREM. Mais elle restera lettre morte.

« Ça a fait flop, il y avait moins de 40 signataires dans le groupe », assure un élu qui a été approché. Le cas de Rugy divise en effet au sein de la majorité, qui compte 304 députés dans l’hémicycle: « Il y a eu de la désinvolture de sa part. Il faut un mea culpa sur l’éthique au-delà du côté légal de la chose », attend un autre.

Une version confirmée auprès de BFMTV par de nombreux députés LaREM, mais que le cabinet du ministre dément: « Il y avait une centaine de signataires. François de Rugy a fait débrancher la tribune, considérant que cela alimenterait plutôt la polémique, et que ce n’était pas opportun à plus forte raison le jour du 14 juillet qui est une séquence du Président. »

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account