Tchernobyl : l’immense feu de forêt se rapproche de la centrale nucléaire


Il serait à environ 1.5 kilomètres du réacteur


Depuis le 4 avril, plus de 20.000 hectares ont été calcinés par un important incendie faisant rage à proximité de la zone d’exclusion de Tchernobyl. Bien que les autorités ukrainiennes tiennent à se montrer rassurantes, la mobilisation de plus de 400 pompiers sur place ne semble pas ralentir la propagation de l’incendie, qui se rapproche dangereusement du réacteur nucléaire.

La terre martyre de Tchernobyl semble être de nouveau victime d’un véritable désastre. Un « gigantesque » incendie, débuté le 4 avril, a déjà ravagé « 20.000 hectares à l’ouest de la zone d’exclusion » selon Sergiy Zibtsev, le directeur du Centre régional de suivi des incendies en Europe de l’Est, et aurait même déjà gagné la célèbre ville fantôme de Pripiat. Selon Greenpeace, le feu ne serait alors qu’à « environ 1.5 kilomètres » de l’arche recouvrant le réacteur à l’origine de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986. Pour l’ONG, il s’agit même du plus grand incendie jamais observé dans la zone d’exclusion, qui forme un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale. Concernant les autorités ukrainiennes qui se veulent rassurantes, elles n’ont pas donné d’informations quant à l’ampleur de l’incendie, mais précisent que la centrale est hors de danger. « La centrale nucléaire de Tchernobyl, les lieux de stockage de déchets radioactifs et les autres infrastructures cruciales de la zone d’exclusion ne sont pas menacés », déclarait lundi dans une vidéo Facebook Volodymyr Demtchouk, un responsable des services d’urgence ukrainien.

Malgré la mobilisation de plus de 400 pompiers ainsi que d’hélicoptères bombardiers d’eau, de violents vents empêchent la stabilisation de l’incendie depuis 10 jours. Selon Volodymyr Demtchouk, les pompiers doivent avant tout localiser les zones d’incendies et en limiter leur propagation. Cependant, comme le souligne l’association Criirad, l’incendie pourrait remettre en suspension dans l’air du césium 137 accumulé dans la biomasse, mais peut-être également du plutonium et du strontium 90. Bien que les autorités ukrainiennes affirment qu’il n’y a pas eu d’augmentation du taux de radioactivité depuis le début de l’incendie, le chef par intérim de l’inspection écologique gouvernementale Iegor Firsov avait estimé que les niveaux de radiation, notamment à l’épicentre de l’incendie, dépassaient largement les normes avant de revenir sur ses propos. Le vice-ministre de l’Intérieur, Anton Gerachtchenko, a quant à lui préféré se montrer rassurant en déclarant sur Facebook que les sites de stockage de déchets radioactifs sont « totalement en sécurité ». Concernant la source de l’incendie, il s’agit d’un jeune homme de 27 ans vivant près de Tchernobyl qui a provoqué l’incendie en mettant le feu à de l’herbe « pour s’amuser », selon la police.

En cas d’aggravation de la situation, il ne nous reste plus qu’à espérer que nos frontières soient toujours aussi solides qu’en 1986…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account