Les enfants, dont le plus âgé a 10 ans, vivaient dans des camps du nord-est de la Syrie, sous protection kurde. Ils ont été remis dimanche à une délégation du ministère des Affaires étrangères et sont arrivés lundi à Paris.

Les responsables kurdes du nord-est de la Syrie ont remis dimanche douze orphelins français issus de familles de l’État islamique (EI) à une délégation du ministère des Affaires étrangères. La confirmation a été livrée lundi matin par un haut responsable kurde, Abdelkarim Omar, en charge des relations extérieures de l’entité kurde autonome dans le nord-est de la Syrie.

Les enfants, dont le plus âgé a dix ans, vivaient dans des camps du nord-est de la Syrie où ont été recueillies des dizaines de milliers de personnes ayant fui les offensives militaires des forces arabo-kurdes, appuyées par la coalition internationale, contre le dernier bastion de l’EI dans l’est de la Syrie. Ils étaient «orphelins, isolés et particulèrement vulnérables» a précisé le quai d’Orsay.

La remise des orphelins français s’est déroulée dans la localité d’Aïn Issa. Deux orphelins néerlandais ont aussi été remis à une délégation gouvernementale des Pays-Bas, a ajouté Abdelkarim Omar.

Jusqu’à présent, la France avait rapatrié une poignée d’orphelins et une fillette de 3 ans. Selon le Quai d’Orsay, environ 450 ressortissants français affiliés à Daech sont en prison ou retenus dans des camps de réfugiés dans le nord-est de la Syrie.

Les autorités kurdes, débordées, réclament ces rapatriements

Les autorités kurdes sont débordées par la gestion de cette masse de détenus. La semaine dernière, plusieurs femmes se sont évadées d’un camp du nord-est syrien. Depuis plusieurs mois, les Kurdes, alliés des Occidentaux dans la guerre contre Daech, réclament le rapatriement des femmes et des enfants de djihadistes étrangers. Mais les pays concernés, notamment en Europe, rechignent à récupérer les femmes, et gèrent souvent au cas par cas le retour des enfants.

La semaine dernière, deux Américaines et six enfants, issus de familles liées à l’EI en Syrie, ont été rapatriés aux États-Unis, qui pressent les pays européens de reprendre leurs djihadistes. Des orphelins ont aussi été remis à la Norvège et environ 150 femmes et enfants à l’Ouzbékistan.

En ce qui concerne les adultes détenus chez les Kurdes syriens, la France en a déjà transféré une centaine en Irak où ils sont détenus à Bagdad, qui cherche une compensation financière en échange de la détention de ces encombrants prisonniers. Onze djihadistes français ont été condamnés à mort il y a dix jours par la justice irakienne.

» Comment Paris traite la délicate question des djihadistes français

Le rapatriement des 12 orphelins a été réalisé par des moyens militaires français. Ils sont arrivés à Paris-Villacoublay lundi au petit matin.

À leur retour en France, les enfants sont pris en charge dans une structure hospitalière où ils sont examinés tant sur le plan médical que sur le plan psychologique. Ils seront ensuite pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (ASE) dans le cadre d’une ordonnance de placement provisoire, valable 10 jours. Avant le terme de ce délai, un juge doit statuer sur leur avenir après avoir organisé une audience. Les familles de ces enfants, notamment les grands-parents, peuvent être invitées à se présenter à cette audience. Le magistrat décidera ensuite de leur capacité à accueillir ces enfants qu’ils rencontrent parfois pour la première fois.

 

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account