Planquez les gosses !

Auteur :

« Si une femme transgenre décide de changer de sexe, et devient un homme à l’état civil, elle n’aura pas accès à la PMA, ça aboutirait à ce qu’un homme à l’état civil devienne mère, ce qui est compliqué »…

Eh bien Agnès, il faut s’accrocher pour te suivre ! Déjà le « elle n’aura pas accès » : sache qu’elle ne se définit pas forcément comme une femme (il ne faut pas confondre identité de genre et expression de genre, comme dirait notre demi-libanais non-binaire national). Mais pas la peine de te faire la remarque puisque tu te reprends de toi-même (vers 1:50, voir la vidéo ci-dessous), ce qui donne une allure de sketch à ta prise de parole (et celle des autres, d’ailleurs).

En résumé, le gouvernement souhaite, avec la révision de la loi dite de “bioéthique”, ouvrir le droit à la PMA aux couples de lesbiennes. Problème : des députés ont proposé d’ouvrir ce droit aux hommes transgenres, c’est à dire aux femmes devenues hommes ! Et c’est là que le sketch commence. Car le gouvernement souhaite prendre comme référence le sexe inscrit à l’état civil, mais ce sexe à l’état civil ne correspond pas forcément au sexe biologique, puisqu’une personne peut changer de sexe à l’état civil sans se faire opérer ! Donc si un homme devient femme à l’état civil mais garde son appareil reproducteur masculin, elle aura tout de même droit à la PMA (ce qui n’est pas logique puisqu’elle est en mesure de féconder “naturellement” sa partenaire) tandis que si une femme devient homme, tout en conservant son appareil reproducteur féminin, il n’y aura plus droit, ce qui est une insupportable discrimination, vous suivez ? Non, rassurez-vous, en vérité tout le monde s’y perd et Madame Belloubet la première (docteur en droit, donc bac +8, mais on sait que ça ne veut rien dire) cafouille, se trompe deux fois, pour tenter de clarifier ce désastre. Notez que dans cette confusion on a échappé au pire, à savoir confondre un amendement approuvé avec un amendement rejeté. Et en l’occurrence, l’amendement est rejeté par les parlementaires, à la suite d’un débat très confus. Les hommes transgenres (donc les femmes devenues hommes) n’auront pas droit à la PMA, avec ou sans pénis.

Tout cet embrouillamini serait drôle s’il ne s’agissait pas de notre réalité et de la cellule familiale traditionnelle qui était attaquée en profondeur, à la faveur des revendications de plus en plus extravagantes d’individus aux pratiques ultra-marginales. Il faut se pincer pour y croire mais oui, la réalité a bel et bien dépassé la fiction.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jacques Abel
10 mois il y a

Apocalypse 8:11 “Le troisième ange sonna de la trompette. Et il tomba du ciel une grande étoile ardente comme un flambeau; et elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux. 11Le nom de cette étoile est Absinthe; et le tiers des eaux fut changé en absinthe, et beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères.” Si l’étoile est Satan, que les fleuves et les sources d’eaux sont les chrétiens, que l’Absinthe est le poison… Peut-être filons-nous à vitesse vertigineuse vers le pire qui puisse être pour nos peuples? Ici-bas, Satan ne peut… Lire la suite »

Byblos
10 mois il y a

J’ai essayé de suivre de mon mieux. Je ne sais pas si j’ai bien compris. Mais en somme, ce serait un peu
comme de dire que le premier des Français est le dernier des c…
Kif kif…

manecy clément
10 mois il y a

ça pourrait être drôle si le sujet n’ était pas si grave.

Alain de MALGLAIVE
10 mois il y a

Ce projet est gravement dérisoire et mérite donc d’être traité avec dérision.
On pourrait s’inquiéter du coût de production de ce sketch