Assassinat de Samuel Paty : ce qu’il a dit à la police, quatre jours avant l’attentat


« Elle a inventé un récit »

Auteur :

Samuel Paty a été auditionné par la police, quatre jours avant son assassinat, concernant le cours où il présentait des caricatures de Mahomet. Il a été convoqué suite à une plainte déposée par un parent d’élève pour « diffusion d’images pornographiques ».

D’après franceinfo, qui a pu récupérer le procès-verbal de cette audition, le professeur s’était expliqué sur la tenue de son cours du 6 octobre dernier concernant la liberté d’expression. Durant cet interrogatoire, il avait démenti les propos tenus par la collégienne et avait déclaré n’avoir commis « aucune infraction dans le cadre de [ses] fonctions ».

Samuel Paty avait démenti avoir demandé aux musulmans de quitter la salle

Lors de son cours d’enseignement moral et civique, Samuel Paty avait montré des caricatures de Mahomet parues dans Charlie Hebdo. Il aurait, selon le compte-rendu, laissé le choix aux élèves de les regarder ou non, afin de les préserver.  « À aucun moment je n’ai déclaré aux élèves : “les musulmans, vous pouvez sortir car vous allez être choqués!” Et je n’ai pas demandé aux élèves quels étaient ceux qui étaient de confession musulmane. Mon objectif quand je leur ai demandé de détourner le regard était qu’ils ne se sentent pas froissés. Je n’ai commis aucune infraction dans le cadre de mes fonctions. » avait-il expliqué.

« Elle a inventé un récit »

La jeune fille dont le père avait déposé plainte contre le professeur n’était pas présente lors du cours en question. D’après Samuel Paty, son récit se basait sur les histoires des autres élèves. « Elle a inventé un récit au travers de rumeurs d’élèves. Il s’agit d’une fausse déclaration dans le but de nuire à l’image du professeur que je représente, du collège et de l’institution. » avait-il déclaré. Cette absence a été confirmée par l’enquête judiciaire.

Une plainte pour « diffamation publique »

Toujours d’après franceinfo, le professeur avait porté plainte pour « diffamation publique ». Un parent d’élève avait réalisé et mis en ligne une vidéo, accusant l’enseignant d’être un « voyou ».

Cette nuit, cinq adultes et deux mineurs ont été déférés pour être présentés à un juge antiterroriste. Une information judiciaire ouvrira dans la journée, ainsi que d’éventuelles mises en examen.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
8 Commentaires
plus ancien
plus récent