C'est l'avantage de voter soi-même les lois !

Gérard Larcher, président LR du Sénat depuis 2014, a tenu jeudi dernier à exprimer sa position vis-à-vis de la réforme des retraites dans l’émission « Bonjour chez vous ! » de la chaîne Public Sénat. L’occasion pour lui de donner son avis sur cette réforme… et sur les modalités de son application aux sénateurs eux-mêmes !

Selon lui, certains points de la réforme des retraites ont créé une « anxiété », bien qu’il juge certaines positions du premier ministre Édouard Philippe « intéressantes », « par exemple la décision de confier la gestion de la valeur du point aux partenaires sociaux » ou « la question des petites retraites inférieures à 1.000€ ». Cependant, Gérard Larcher a déclaré qu’ « on avait refusé d’affronter la question de l’âge [de départ à la retraite] depuis le départ », et que « ce sujet-là allait être le sujet de tension », un problème qu’il qualifie de « péché originel ».

En ce qui concerne la retraite des sénateurs, le président du Sénat a tenu à informer que les sénateurs verront, eux aussi, évoluer leur régime spécial : « une fois la réforme votée, je mettrai en place le groupe de travail du bureau du Sénat pour faire évoluer le régime de retraite des sénateurs ». Il a également souligné le fait que le régime spécial des sénateurs avait été aussi modifié à chaque réforme des retraites précédentes, en 2003, 2010 et 2014. Cependant, aucune suppression n’a été annoncée, au contraire. La caisse des retraites du Sénat, caisse autonome financée à 60% par des prélèvements sur des actifs financiers, sème la zizanie auprès des élus du Palais du Luxembourg, étant donné que même les députés de l’Assemblée Nationale ont mis fin à leur caisse autonome il y a 15 ans. Gérard Larcher tient cependant à rassurer : « nous ne pourrions pas ne pas envisager de passer à une retraite à points ».

Le Sénat, composé de 348 sénateurs, souffre depuis plusieurs années d’une crise de légitimité. Souvent décrit comme onéreux, voire inutile, il laisse jouir ses élus d’importants privilèges, comme par exemple une « retraite dorée ». En moyenne, la retraite des anciens sénateurs est de 3850€ nets mensuels et un seul mandat de 6 ans permet d’accéder à une pension de 2.190€, alors qu’un droit de retraite pour un mandat cotisé d’un député s’élève à 664€. Ainsi, malgré les critiques des parlementaires, le Sénat reste indépendant de l’exécutif au nom de la séparation des pouvoirs, et c’est aux sénateurs eux-mêmes de décider de réformer, ou non, leur système de retraite. S’appliqueront-ils à eux-mêmes la fameuse réforme des retraites ?

Nous suivrons cela avec attention…

Le Média pour Tous

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Bardass Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Bardass
Invité
Bardass

Seule solution : 1789

©2020 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account