Fabrication de preuves et « autorisation limitée » d’extradition : des rebondissements dans l’affaire Assange


Les États-Unis continuent de s'acharner...

Auteur :

Selon Wikileaks, Washington détiendrait une « autorisation limitée » de faire appel du refus d’extradition de Julian Assange. Pourtant, un témoin clé de l’affaire aurait décidé de retirer ses propos. L’affaire va-t-elle connaître un nouveau dénouement? 

Une « autorisation limitée » d’extrader

Sur son compte Twitter, le site Wikileaks fondé par Julian Assange assure que les persécutions reprennent de plus belle. D’après l’organisation, la justice américaine aurait obtenu l’ « autorisation limitée » de faire appel à la décision de la justice britannique, qui refusait l’extradition du journaliste australien. Pour le moment, les détails de cette dite autorisation restent inconnus.

« Actualité: Les États-Unis ont obtenu une autorisation limitée de faire appel de la décision de janvier selon laquelle Julian #Assange ne devrait pas être extradé.

Les nouvelles révélations concernant le témoin principal du DoJ [Département de la Justice] confirment ce que nous savions tous : que le dossier contre Julian était fondé sur des mensonges (Stella Moris) »

Fabrication de preuves

Comme le souligne Stella Moris, avocate et compagne de Julian Assange, un rebondissement est pourtant intervenu dans l’affaire. En effet, le témoin clé Sigurdur Thordarson, un criminel notoire, s’est rétracté de la plupart de ses affirmations, nous apprend le media islandais Stundin. Les missions du personnage soi-disant « proche » du journaliste semblent même inventées de toutes pièces. Selon la même source, l’homme aurait fabriqué des preuves contre une promesse d’immunité après avoir conclu un accord avec le FBI.

 

« La relation de Thordarson avec Wikileaks, a toujours été exagérée par les autorités américaines et la presse. Il note qu’il n’a jamais été membre de l’organisation, mais qu’il s’est insinué dans un rôle périphérique en 2010 en se portant volontaire pour elle. Presque immédiatement, Thordarson a commencé à travailler au noir avec des journalistes et des pirates informatiques en se présentant faussement comme un représentant éminent de Wikileaks. » relate le World Socialist Web Site.

LIRE AUSSI > MOBILISATION AUX QUATRE COINS DU MONDE POUR JULIAN ASSANGE QUI PASSERA SON 50ÈME ANNIVERSAIRE EN PRISON

L’acharnement continue

Cela fera bientôt dix ans que Julian Assange subit les persécutions de Washington. Les États-Unis accusent le journaliste australien incarcéré à la prison de Belmarsch à Londres d’avoir diffusé de nombreux documents classés secrets concernant les crimes de guerres américains. Pourtant, les charges retenues contre lui sont principalement liées à des activités que mènent quotidiennement les journalistes d’investigation. Véritable symbole de la lutte pour la liberté d’informer, Julian Assange encours actuellement jusqu’à 175 ans de prison outre-Atlantique.

Le Média pour Tous


Voir ou revoir l’interview de Viktor Dedaj sur ce sujet : 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account