Un rapport de l’Agence du médicament confirme la sécurité des 11 vaccins obligatoires



Un an et demi après le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires, l’Agence de sécurité du médicament publie un rapport rassurant qui montre qu’il n’y a pas eu de hausse du nombre des cas d’effets indésirables.

Le 1er janvier 2018, le nombre de vaccinations obligatoires pour les enfants de moins de deux ans passait de 3 à 11. A l’époque, l’annonce de cette mesure avait provoqué une levée de boucliers, notamment sur les réseaux sociaux où de nombreux parents avaient exprimé leur inquiétude. Mais six mois après son instauration, les données récoltées sont très rassurantes. Pour la première fois, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) publie le détail de tous les cas d’effets indésirables signalés pendant plusieurs années. L’étude, rendue publique mercredi 26 juin, montre qu’«aucun nouveau signal de sécurité n’a été mis en évidence».

«Nous voulions comparer la situation avant et après l’extension de l’obligation vaccinale», explique au Figaro Alban Dhanani, directeur adjoint en charge des vaccins à l’ANSM. «Nous avons analysé toutes les déclarations de cas d’effets ou d’événements indésirables survenus chez des enfants vaccinés entre 0 et 23 mois, enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance sur la période 2012-2017 et au cours des six mois suivant l’extension». Un effet indésirable est une réaction susceptible d’être provoquée par un vaccin tandis qu’un événement indésirable correspond à «toute manifestation nocive survenant chez un nourrisson vacciné», sans qu’un lien avec un vaccin ne puisse être prouvé.

«Le bilan est rassurant et confirme la sécurité des vaccins.» Alban Dhanani, directeur adjoint en charge des vaccins à l’ANSM

«Le bilan est rassurant et confirme la sécurité des vaccins», affirme Alban Dhanani. «D’abord, nous n’avons pas identifié de changement depuis l’extension de l’obligation vaccinale. Nous retrouvons un nombre et un type d’effets comparables. Ensuite, les effets indésirables signalés correspondent pour la grande majorité à ceux mentionnés dans la notice des vaccins. Ils sont pour la plupart mineurs, transitoires et sans conséquence pour la santé de l’enfant.»

75 cas signalés au premier semestre 2018

Sur les 38 millions de doses de vaccins administrées entre 2012 et 2017, 962 nourrissons ont connu un ou plusieurs effets ou événements indésirables, soit 0,02% de l’ensemble des doses administrées. Pour la moitié, ces effets n’étaient pas graves (fièvre passagère, réactions locales, pleurs persistants, manifestations cutanées, diarrhée, vomissements). Pour les autres, les cas «graves», il s’agissait de fièvre (215 cas), de convulsions et d’épisodes d’hypotonie – une faiblesse du tonus musculaire – (139 cas) et d’éruptions cutanées (79 cas). Enfin, 44 cas concernaient des affections hématologiques avec une prédominance de thrombopénies (baisse importante des plaquettes dans le sang).

Par ailleurs, 23 décès ont été recensés, dont près de la moitié concernait des enfants «souffrant de lourds antécédents ou d’affections sévères pouvant expliquer l’issue fatale», indique l’ANSM. Les autres correspondaient à 11 décès inattendus, dont 5 morts subites du nourrisson, et l’une a été provoquée par une pneumopathie à pneumocoque consécutive à un échec vaccinal. «Les relations entre vaccination et mort inattendue ont été largement étudiées sans pour autant qu’un lien ait pu être établi», indique l’Agence, qui rappelle qu’une vaste étude a même conclut que la vaccination diminue ce risque.

Les experts de l’agence ont ensuite passé au peigne fin les cas signalés au premier semestre 2018. Sur cette période, 75 nourrissons ont fait l’objet d’une déclaration, dont 42 ont été jugés «non graves». Les causes les plus fréquemment rapportées sont les mêmes qu’avant l’extension de l’obligation vaccinale: fièvre, convulsions, épisodes d’hypotonie, éruptions cutanées. Aucun décès n’a été rapporté sur cette période.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account