Des informations ont été publiées sur le profil du suspect principal des attaques de Christchurch : Brenton Tarrant, 28 ans, un Australien véhiculant des idées d’extrême-droite et focalisé sur les conflits impliquant des musulmans.

Après l’interpellation ce 15 mars de quatre personnes à Christchurch en Nouvelle-Zélande, où au moins 49 personnes sont mortes dans des assauts visant deux mosquées, le profil du principal suspect se dessine : selon plusieurs médias tels que le Herald Sun, il s’agirait de Brenton Tarrant, un Australien âgé de 28 ans. Il aurait écrit un manifeste de 37 pages dans lequel il annonçait ses intentions meurtrières avec force explications.

Sur son fusil d’assaut, notamment vu dans les vidéos qu’il a diffusées en direct sur les réseaux sociaux, des dates et des messages écrits à la main font allusion à des batailles historiques qui ont notamment vu se confronter le monde ottoman et l’occident, ou encore des épisodes liés aux croisades, ainsi que les noms de personnes coupables d’attaques commises contre des musulmans.

Le Premier ministre Australien, Scott Morrison, a en outre fait savoir que l’individu était un «terroriste extrémiste de droite, violent».

Quatre personnes ont été interpellées dans le cadre de cette affaire. Il s’agit selon la police de trois hommes et d’une femme. Les autorités néo-zélandaises ont fait savoir qu’elles ne recherchaient plus de suspect sur place, mais qu’un homme avait été inculpé pour meurtres. Le dernier bilan fait état de 49 morts.

Un manifeste de 74 pages laissé pour expliquer son geste

Brenton Tarrant a minutieusement expliqué son geste en laissant un long texte rédigé en anglais dans lequel il expose ses motivations et révèle avoir planifié sa tuerie à l’avance. Pour lui, il s’agit bien d’un «acte terroriste», qu’il qualifie d’«action partisane contre une force d’occupation».

La crise de l’immigration de masse et son taux de fertilité, est un assaut contre le peuple européen, qui, s’il n’est pas combattu, résultera en un remplacement culturel et racial du peuple européen

Se décrivant comme un «homme blanc» «ordinaire» de 28 ans issu de la classe ouvrière, né en Australie, il confie n’avoir pas fait d’études supérieures ni beaucoup travaillé, mais s’être enrichi grâce aux crypto-monnaies.

Plus loin dans le texte, il se dit également «raciste», «ethno-nationaliste» et «eco-fasciste», estimant que le terme de «fasciste» allait beaucoup plaire aux journalistes. Prétendant ne redouter aucune culture, ni ne haïr les peuples tant «qu’ils vivent dans leur pays natal», il explique n’être effrayé que par les «cultures dont les hauts taux de fertilité remplacent les autres».

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account