Pour que le vote ait lieu, il faut que 4 717 396 Français inscrits sur les listes électorales signent d’ici au 12 mars 2020. Il y en a actuellement 10 %.

La route est encore longue pour le référendum d’initiative partagée (RIP) sur la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). La procédure, initiée en avril par des parlementaires de droite et de gauche, a reçu le soutien de 465 900 électeurs depuis le début de la collecte le 13 juin, selon les premiers chiffres communiqués par le Conseil constitutionnel lundi 1er juillet. Quelque 14 400 signatures déposées sur le site dédié sont encore en cours de validation par le ministère de l’intérieur.

Pour aboutir à un éventuel référendum, la démarche doit recueillir le soutien de 4 717 396 de Français inscrits sur les listes électorales d’ici au 12 mars 2020, soit un rythme de 17 000 signatures quotidiennes. Selon les chiffres transmis par le Conseil constitutionnel, cette jauge est largement atteinte, avec une moyenne de 26 683 soutiens enregistrés chaque jour depuis le 13 juin. Mais, parmi les instigateurs du RIP, certains s’inquiètent du fléchissement du rythme des soutiens au référendum depuis quelques jours.

Le dépôt de la demande d’organisation d’un référendum sur cette question avait fait figure d’épine dans le pied du gouvernement qui avait pourtant réussi à faire voter par le Parlement la privatisation du groupe ADP dans la loi Pacte en avril. Ce projet est, pour l’heure, en suspens le temps de la procédure.

Des améliorations sur le site

Dans un communiqué, le Conseil constitutionnel, en charge du contrôle du bon déroulement de la procédure, précise que les réclamations, dont il a été jusque-là saisi, « portent dans une très grande proportion sur le fonctionnement du site Internet dédié ». Le premier jour d’ouverture du site Internet, le dysfonctionnement d’un serveur avait empêché une partie des internautes d’accéder au site. La démarche nécessite, en outre, une très grande minutie dans les informations à fournir pour s’identifier.

« Le site Internet ouvert par le ministère de l’intérieur en vue de recueillir les signatures des citoyennes et citoyens demandant un référendum sur la privatisation d’ADP est dans sa forme actuelle, un obstacle à ce que cette consultation nationale soit un succès », fustigeait, le 26 juin, le député communiste Stéphane Peu dans un communiqué. Il a demandé au ministère de l’intérieur de lui transmettre le cahier des charges qui a conduit à la réalisation du site actuel.

Le ministère de l’intérieur assure, pour sa part, avoir fait plusieurs aménagements depuis le lancement du site en ajustant sa lisibilité sur les téléphones portables, en mettant en ligne un tutoriel vidéo et une Foire aux questions. Face aux accusations de ne pas avoir fait un site suffisamment « ergonomique », le ministère de l’intérieur « assume », comme le fait savoir au Monde Alain Espinasse, secrétaire général adjoint du ministère. Juste avant le début de la collecte des signatures, priorité a été donnée à la création d’une passerelle entre le site du RIP et le répertoire électoral unique, permettant une vérification immédiate de l’inscription des soutiens sur les listes électorales, ainsi qu’à une protection du site contre les cyberattaques.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account