Tous les détenus devraient disposer d’ici à trois ans d’un terminal numérique dans leur cellule. Cet «Intranet» des prisons est déjà en test.

Après les téléphones, les ordinateurs ? Toutes les cellules de France devraient bientôt être équipées d’un terminal numérique permettant aux détenus d’interagir avec l’administration pénitentiaire via ce futur Intranet des prisons.

« Il n’y aura bien évidemment aucun accès à l’Internet extérieur », précise-t-on au sein de l’administration. Mais cela permettra tout de même d’effectuer la plupart des demandes liées à la détention. Par exemple, les commandes de « cantine » – l’épicerie des détenus -, mais aussi de produits culturels. Les prisonniers pourront réserver des parloirs, comme, depuis l’extérieur, leurs familles. Celles-ci pourront également approvisionner à distance le pécule de leur proche incarcéré.

Des tests avec des tablettes à Dijon, Meaux et Nantes

Le dispositif est déjà en phase de test depuis l’automne dernier à la maison d’arrêt de Dijon (Côte-d’Or), ainsi que dans les centres pénitentiaires de Meaux (Seine-et-Marne) et Nantes (Loire-Atlantique). Un test effectué avec des tablettes, visant à étudier comment détenus et surveillants s’approprient cette évolution. « On a ainsi demandé aux détenus d’acheter un paquet de cigarettes, et analysé où est-ce que ça bloquait », décrit un des responsables du projet au sein de l’administration pénitentiaire.

En fonction des retours, il sera alors décidé de la généralisation. « Soit via les télévisions, mais c’est peu ergonomique, souligne le même, soit avec des écrans tactiles équipés ou non de claviers. » Lesquels seront dans tous les cas « carénés aux murs pour des raisons de sécurité. »

Un budget global de 530 millions

D’ici à la fin de l’année, si l’expérimentation est positive, un appel d’offres sera lancé pour le déploiement, dans les trois ans, au sein des 50 144 cellules de France. « L’objectif c’est que 100 % des démarches administratives soient numérisées en 2022 », indique-t-on à l’administration pénitentiaire.

Côté financier, le projet devrait s’inscrire dans un budget global de 530 millions d’euros alloués à l’amélioration du numérique des prisons, comprenant notamment une hausse des débits des établissements, notamment pour permettre la visioconférence avec les tribunaux. Quant au câblage de ces terminaux, il sera associé à celui permettant la mise en place de la téléphonie.

Grâce à ce système, les détenus conserveront une trace de toutes leurs requêtes, lesquelles pourront être traduites directement. « Jusque-là, tout était transmis par écrit, avec parfois des difficultés pour l’administration à comprendre ce que voulait le détenu », détaille-t-on à la direction de l’administration pénitentiaire, où l’on veut croire que le système permettra aussi aux détenus de mieux travailler leurs cours en vue d’une future réinsertion.

« Pour ces cours, il fallait que le détenu fasse imprimer à l’extérieur des centaines ou des milliers de pages pour chaque matière, relève François Bès, de l’Observatoire international des prisons (OIP). Là, ça pourra être numérisé. C’est une avancée à saluer. » Quand bien même l’OIP aurait souhaité « un accès à Internet pour les détenus, à l’exception de ceux qui ont interdiction de communiquer. »

« Celui qui veut tricher a déjà portable connecté en 4G »

Damien Pellen, premier secrétaire du syndicat national des directeurs pénitentiaires (SNDP), est sur la même longueur d’onde. « Cette modernisation va dans le bon sens, même si elle aurait pu aller plus loin. Celui qui veut tricher arrive déjà à avoir un portable connecté en 4G, estime-t-il. Mieux vaut un accès Internet encadré, afin de réduire la fracture numérique, à l’heure où toutes les démarches – logement, travail – liées à la réinsertion se font en ligne. »

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account