Des policiers se sont bien déguisés en “gilets jaunes”



Plusieurs centaines de personnes ont assisté à une scène surréaliste, samedi 23 mars, lors de l’acte XIX des “gilets jaunes”, au beau milieu de la place de la Comédie. « Cette stratégie a été mise en place ce samedi pour la première fois à Montpellier », confirme Rémy Alonso, du syndicat Alliance police.

Plusieurs centaines de personnes ont assisté à une scène surréaliste, samedi 23 mars, lors de l’acte XIX des “gilets jaunes”, au beau milieu de la place de la Comédie, à Montpellier. Alors que casseurs – côté Esplanade – et forces de l’ordre – côté Opéra-Comédie – échangeaient projectiles et gaz lacrymogènes, un mouvement inattendu s’est produit. Des “gilets jaunes” et des individus en civil ont surgi au milieu des manifestants et menotté un homme vêtu de sombre. Le groupe a ensuite traversé la place avant de se mettre à l’abri derrière les gendarmes mobiles.

Une matraque à la main

Ces six hommes aux accoutrements très variés (tee-shirt, bermuda, chapeau de paille, sac à dos…) étaient en fait des policiers ! Trois portaient des gilets jaunes et cinq avaient le visage masqué. L’un d’entre eux avait une matraque télescopique en main. Ils venaient d’interpeller un casseur.

« Cette stratégie a été mise en place ce samedi pour la première fois à Montpellier, confirme Rémy Alonso, du syndicat Alliance police. Elle était destinée à mieux cibler les casseurs et a d’ailleurs permis d’en interpeller plusieurs en flagrant délit, dont l’un pour destruction de mobilier urbain. Les casseurs se greffent chaque samedi pour pourrir les manifestations. Ils ne forment plus un grand groupe mais sont divisés en petits groupes disséminés dans la foule. Il faut donc trouver une réponse appropriée. Avoir des collègues infiltrés parmi eux permet des interpellations plus rapides et moins dangereuses. »

Une priorité

Pour le policier, ce dernier argument est une priorité dans le contexte actuel. « Samedi, les gendarmes mobiles placés à côté de l’Opéra-Comédie ont été chargés par les casseurs. Ils ont reçu une centaine de gros projectiles en quelques minutes, des pavés, des pots de fleurs, des morceaux de plaques de béton… Un CRS qui avait la visière de son casque relevée en a reçu un en pleine tête. »

Reste que la tactique de l’infiltration a aussi ses limites. « L’objectif n’est pas de la généraliser mais de l’utiliser de façon ponctuelle, précise Rémy Alonso. On est conscient que des photos de nos collègues policiers circulent… » Sur l’une d’entre elles, prise lors de cette fameuse interpellation, un policier en civil tient dans sa main un marteau. Ce qui a suscité des dizaines de commentaires sur les réseaux sociaux, assimilant les policiers à des casseurs…

Les policiers sont exposés et le savent

« Quand un casseur est interpellé avec un marteau, la première chose à faire est de le lui retirer, précise Rémy Alonso. Il faut écarter tous les objets dangereux ou utiles à l’enquête. Tout le reste n’est qu’interprétation. Les policiers sont exposés et le savent. Des sanctions judiciaires et administratives existent. »

Sur les vingt personnes interpellées samedi dernier, quatorze ont été placées en garde à vue. Seules cinq étaient jugées en comparution immédiate, ce lundi après-midi. Quant à l’acte XX des “gilets jaunes”, samedi 30 mars, il risque d’être placé sous le signe de la méfiance dans les rangs des casseurs…

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account