Avant le vote du projet de loi sur la Santé par le Sénat, les services hospitaliers manifestent ce 11 juin, et dénoncent la détérioration de leurs conditions de travail. RT France a recueilli le témoignage de ces soignants excédés.

Ce 11 juin, les personnels soignants des hôpitaux publics, à l’appel de l’intersyndicale des fédérations CFE-CGC, CGT, FO et SUD, se sont rassemblés devant le ministère de la Santé à partir de 11h30.

Ce même jour, le ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn défend devant le Sénat le projet de loi contesté «Ma Santé 2022», qui promet entre autres une «mission de refondation» des services d’urgences ainsi que des réformes visant, selon l’exécutif, à lutter contre la désertification médicale.

Les manifestants demandent l’abandon de ce projet de loi, mais également diverses mesures concrètes : davantage de lits d’aval, l’arrêt des fermetures de sites et l’ouverture de négociations nationales immédiates sur les services d’urgences.

Tom, infirmier aux urgences, interviewé par RT France, dénonce la pénurie de personnel, la qualité de prise en charge des patients en baisse et l’épuisement des soignants.

«Il n’y a plus de place dans les services, les patients attendent longtemps sur des brancards, des heures, 6, 8, 12h, parfois plus […] Chaque année, il y a un accroissement de la population aux urgences, c’est de pire en pire, il n’y a pas de hausse de personnel […] Faire des journées de 12h, avec des patients agressifs, être réquisitionnés […] au bout d’un moment ça va être compliqué de venir travailler», explique-t-il.

Didier Birig, secrétaire général de Force ouvrière (FO), rejette les fondements de la loi actuellement en discussion au Sénat : «Nous avons à maintes reprises prévenu la ministre de la Santé de l’état catastrophique des structures de soins, et elle ne répond pas aux revendications des personnels […] Cette loi Santé va aggraver la situation.»

«Aujourd’hui, ce sont les services d’accueil d’urgence qui sont en tension, mais ce sont tous les hôpitaux qui sont malades», remarque Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l’union syndicale CGT de l’Assistance Publique, au micro de RT France.

Cette loi santé va aggraver la situation

«Lorsqu’on a sous-dimensionné les effectifs, les moyens, et qu’on continue dans une politique où l’on a de plus en plus de besoins, mais de moins en moins de moyens alloués à l’hôpital public, on arrive fatalement à des drames», ajoute-telle. «Rester 48h sur un brancard, c’est inacceptable, ce n’est pas digne d’une société telle que la nôtre», conclut la syndicaliste.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account