Pegasus : la France a bien failli acheter le logiciel espion


Par Jean-Yves Alric pour Presse-Citron

C’est une affaire tentaculaire qui a énormément fait réagir au cours de l’été. Le scandale Pegasus a été rendu public grâce à une enquête journalistique internationale qui s’est intéressée à ce logiciel espion commercialisé par la société israélienne NSO Group à des États. Nos confrères ont pu établir que cette technologie ne servait pas qu’à surveiller des journalistes ou des criminels potentiels.

Une liste de 50 000 numéros de téléphone espionnés depuis 2016 a en effet été retrouvée avec la présence de journalistes, de militants d’ONG opposés à certains régimes, ainsi que des personnalités politiques de premier plan, dont Emmanuel Macron.

Une version différente de celle du gouvernement

Selon le MIT Technology Review, la France était justement sur le point de recourir au logiciel Pegasus, juste au moment où l’affaire a commencé. Nos confrères précisent ainsi : « Les Français étaient sur le point d’acheter l’outil, dans le cadre d’un contrat qui aurait valu des millions, malgré des années de suspicions selon lesquelles ce logiciel était utilisé pour surveiller et harceler des opposants politiques, journalistes et activistes des droits humains partout dans le monde ».

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account