2 sujets en 1 !

LES ECHOS / Philippe Bertrand

À Angers, un hypermarché Géant a ouvert dimanche 25 août après-midi sans personnel. Quelques 250 personnes ont manifesté devant l’hyper. Des clients ont été interpellés et sifflés. Le passage en mode automatique permet de contourner la loi interdisant aux grandes surfaces alimentaires l’emploi de salariés le dimanche après 13 heures. Le sujet est socialement explosif. 

Ce dimanche pour la première fois un hypermarché aura ouvert ses portes sans aucune caissière. Le  Géant Casino du quartier populaire de la Roseraie à Angers , qui emploie en temps normal 115 salariés, n’aura à partir de 12 h 30 comme présence humaine que trois ou quatre vigiles et une ou deux animatrices, tous employés par des prestataires extérieurs.

Le passage en mode automatique permet de contourner la loi qui interdit aux grandes surfaces alimentaires l’emploi de salariés le dernier jour de la semaine après 13 heures. Ce mode de fonctionnement se répand dans la distribution française, soit le dimanche après-midi, soit le soir,  soit toute la nuit . Casino, auquel appartient l’enseigne Géant, comptabilise environ 80 supermarchés, dont des Franprix, qui pratiquent ce que la profession appelle « les horaires étendus ». Carrefour mène un test dans un « City » dans le quartier de l’Ecole militaire à Paris.

Des clients interpellés

Les distributeurs français réfutent cette hypothèse. « Le commerce c’est avant tout du contact humain », affirme-t-on au siège de Casino. Chez Carrefour, on rappelle que le PDG, Alexandre Bompard, a répété qu’il ne croyait pas aux magasins sans personnel. Le commerce crée du lien social. Les clients viennent aussi pour cela, surtout à l’heure du commerce en ligne qui permet de commander depuis son canapé. Chez les indépendants présents dans les régions semi-rurales, comme E.Leclerc, Système U ou Intermarché, le supermarché est « un lieu de vie ». Dans les petites villes, le personnel est constitué des frères et ou de cousines des clients. Le magasin est ancré socialement dans son territoire.

Jacques Creyssel, le délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution, recadre le débat : « Les horaires étendus intéressent surtout la clientèle urbaine et nous espérons que la loi facilitera cette pratique ». Un amendement de  la loi Pacte sur ce sujet a été rejeté pour une simple question de forme. Si les commerces alimentaires obtiennent l’autorisation de faire travailler leurs salariés – sur la base du volontariat jurent-ils – le dimanche et le soir, ils renonceront aux magasins automatiques.

Socialement, le sujet est explosif. A Angers, quelque 250 personnes ont d’ailleurs manifesté dimanche devant l’hyper sans caissière, a rapporté l’AFP. Rapidement, note l’envoyé spécial du « Parisien », l’après-midi a tourné au chaos. Selon lui, quelques dizaines de manifestants ont pénétré dans le magasin et les premiers clients ont été interpellés et sifflés. « Vous avez une responsabilité, reposez vos articles, vous êtes complices », a interpellé une manifestante, gilet jaune sur le dos et mégaphone en main. Certains clients, devant l’ambiance hostile, ont préféré partir sans rien acheter.

On estime à environ 100.000 le nombre de caissières en France. Carrefour en emploie 30.000. C’est l’un des derniers métiers accessibles par les personnes sans qualification.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Jacques Abel Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Jacques Abel
Invité
Jacques Abel

Soit on est pour, et alors on se dit que cela laisse aux familles des gens travaillant dans la grande distribution d’avoir au moins un jour ensemble, le dimanche, comme dans tout bon pays chrétien. Soit on est contre, et alors, le seul moyen de lutter contre… c’est de rendre le coup d’exploitation du sans personnel plus cher qu’avec. Quand on sait que le coût actuel de la fauche dans les grandes surfaces s’élève à… 6 milliards d’euros par an… Ça serait moins attractif d’attirer le chaland à lui dire d’aller faire les courses dominicales s’il craignait d’être confronté à… Lire la suite »

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account