Obligation vaccinale des soignants : comment l’hôpital va-t-il gérer les absences ?


Une contrainte supplémentaire...

Auteur :

À partir de ce mercredi 15 septembre, les salariés des hôpitaux et des services médico-sociaux doivent présenter une preuve de première injection de vaccin contre le Covid-19. Alors que le secteur de la santé est déjà durement touché par le manque de personnel, les professionnels du milieu craignent le pire.

Une bonne couverture vaccinale

Les soignants ont dû justifier d’une première injection de vaccin contre le Covid-19 afin de continuer d’exercer leur métier dès ce mercredi 15 septembre. La majorité des soignants travaillant à l’hôpital ou en ehpad ont déjà reçu au moins une première dose de vaccin, soit environ 89,5% d’entre eux. La couverture atteint 94,7% du personnel soignant en libéral. Le directeur de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, estime que la couverture vaccinale des soignants au sein de la structure francilienne se trouve « au-dessus de 95% » et que « 1 à 2% » seulement n’avait reçu aucune dose. Sur les 2.7 millions de professionnels concernés, environ 300.000 refuseraient la vaccination, explique Santé publique France. Le 15 novembre prochain, les soignants devront justifier d’un schéma vaccinal complet pour continuer d’exercer.

Mise à pied et suspension de salaire

La Fédération hospitalière de France comme la Direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris seront inflexibles concernant l’application des sanctions. Dès aujourd’hui, les professionnels de santé non-vaccinés seront mis à pied et privés de salaire. Un coup dur pour le personnel soignant déjà en souffrance tant les conditions de travail, déjà difficiles, se sont dégradées pendant la crise sanitaire. Mais ce n’est pas tout, les conséquences qu’induisent ces mesures inquiètent. Un sondage mené par l’Ordre national infirmier révèle que 40% d’entre eux envisagent de se réorienter professionnellement. Un chiffre peu rassurant lorsque l’on sait qu’avant la crise, 30% des postes de professionnels de santé étaient vacants.

LIRE AUSSI > DE PLUS EN PLUS DE SOIGNANTS QUITTENT L’HÔPITAL PUBLIC À CAUSE DES CONDITIONS DE TRAVAIL

Comment l’hôpital va-t-il gérer cette nouvelle problématique ?

Comment peut donc s’organiser l’hôpital public pour surmonter cette baisse d’effectif ? En effet, la perte d’environ 5% de professionnels de santé ne paraît pas catastrophique, mais il n’est toutefois pas anodin quand le manque de personnel se fait déjà cruellement sentir. Pour pallier à cette situation, les hôpitaux devront à nouveau s’adapter. Des « solutions » sont déjà envisagées comme la déprogrammation d’opération (non urgente), le renvoie de patients vers d’autres structures, ou encore, demander aux soignants de changer de service au besoin, même s’ils n’y sont pas spécialisés.

Combien de temps encore l’hôpital publique tiendra-t-il dans ces conditions ?

Le Média pour Tous


Voir ou revoir: 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Lacedemone
1 mois il y a

Ils ont l’air de s’en sortir
Mieux vaut en rire …

Last edited 1 mois il y a by Lacedemone
Pierre C.
26 jours il y a
Reply to  Lacedemone

C’est abject. La division est réussie, les destructeurs de l’hôpital public, et de l’humain en général, se frottent les mains.

Phil
1 mois il y a

300 000 soignants qui refusent la vaccination alors qu’il n’y a que 160 000 manifestants dans les rues chaque samedi.. c’est bizarre qu’ils ne défilent pas plus pour leur cause.. ou bien nous serions nous trompés dans les chiffres ?

Grumpy
22 jours il y a

« la perte d’environ 5% de professionnels de santé ne paraît pas catastrophique »
C’est une catastrophe pour tous ceux qu’on prive de salaire et de travail…
Cette loi est scandaleuse et je m’étonne que Môsieur Lapierre ne soit pas monté au créneau… Mais j’imagine que pour lui elle est nécessaire, vu la gravité sans précédent du Rhume 19…

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account