Cette approche est censée aider à lutter contre les profils djihadistes « hybrides » mêlant antécédents judiciaires et fragilités sociales.

L’annonce devait avoir lieu symboliquement à Strasbourg, quatre mois jour pour jour après l’attentat qui a causé la mort de cinq personnes sur le marché de Noël, au soir du 11 décembre 2018. A l’occasion d’un déplacement dans la métropole strasbourgeoise, jeudi 11 avril, le premier ministre, Edouard Philippe, devait annoncer une nouvelle stratégie de prévention de la délinquance, censée s’adosser aux dispositifs de lutte contre la radicalisation déployés ces dernières années.

Cette nouvelle stratégie, qui sera soumise à concertation avec les élus locaux et les acteurs de terrain d’ici l’été, se veut une réponse à la multiplication des terroristes au profil « hybride ». Avant de se réclamer du djihad, Cherif Chekatt, l’auteur de la tuerie de Strasbourg, avait en effet eu un long parcours de délinquant, fait-on valoir à Matignon. A l’âge de huit ans, il était déjà signalé pour des troubles psychopathologiques ; à 14 ans, il écopait de sa première condamnation ; et à 16 ans, il effectuait son premier séjour en prison. Au total, Cherif Chekatt avait pas moins de vingt-sept mentions à son casier judiciaire lorsqu’il a été abattu par les forces de l’ordre, le 13 décembre 2018.

Détecter de façon précoce

« La prévention de la délinquance est actuellement concentrée sur les 12-25 ans, il faut pouvoir remonter plus en amont », détaille-t-on dans l’entourage du premier ministre. Concrètement, cette nouvelle stratégie devrait donc rappeler l’importance des conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Ces instances, pilotées par les maires, réunissent régulièrement associations, préfet, policiers, représentants de la justice, et peuvent permettre de détecter de façon précoce les cas de dérive sociale ou de radicalisation. Des mesures de soutien psychologique, scolaire ou à la parentalité, peuvent y être décidées.

Cette nouvelle stratégie devrait en outre avoir un volet santé mentale, alors que cette dimension est l’un des parents pauvres des politiques publiques en France. Le premier ministre devrait acter le développement du réseau de « psychiatres coordonnateurs » dans les agences régionales de santé afin d’assurer un suivi précoce des individus pris en charge. « Nous ne voulons ni psychiatriser la radicalisation ni criminaliser la maladie mentale, mais mieux éviter l’essor de profils mixtes », tient à rassurer Muriel Domenach, la secrétaire générale du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR).

Enfin, une quarantaine de postes d’éducateurs de rue devraient être créés. Et ce, prioritairement dans les quartiers de reconquête républicaine, où doit se développer la police de sécurité du quotidien. Une mesure qui s’inscrit dans le « plan pauvreté » présenté en septembre 2018. De même, le premier ministre devait insister sur l’importance du futur service national universel comme levier de lutte contre la délinquance.

Les associations sportives sollicitées

Un bilan du travail du CIPDR – l’organisme qui met en musique tous ces dispositifs – devait être présenté pour l’occasion. L’année écoulée, une attention particulière a notamment été portée en matière de prévention de la radicalisation dans le secteur du sport : un des derniers endroits qui échappaient à la vigilance alors que les associations sportives ont très souvent été dans les radars des services de renseignement. Des contrôles ont ainsi été multipliés et des « référents » ont été nommés dans de nombreux services de l’Etat en région ou dans des établissements de formation.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account