Des syndicats de police reprochent au gouvernement d’avoir amoindri la portée des lanceurs de balles de défenses (LBD) avec des munitions “chamallow”. Pour notre éditorialiste politique Christophe Barbier, l’exécutif “tient un double discours” concernant la doctrine du maintien de l’ordre.

Face aux violences des casseurs, les forces de l’ordre ont manqué de moyens. Après le 18e week-end de mobilisation des gilets jaunes marqué par les saccages et pillages, l’exécutif a reconnu des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité. Pour le syndicat de police Alliance, le gouvernement n’a pas pris la mesure du risque que représentait cette manifestation et a cédé aux sirènes des associations et organisations mondiales qui dénoncent l’utilisation du lanceur de balles de défense (LBD) dans ces rassemblements.

“Depuis le début du mouvement, il y a eu plus de 15.000 tirs de LBD et on a eu 0,1 blessé sérieux, c’est-à-dire une blessure non-conventionnelle. Ce n’est rien. Ces derniers jours, sous les attaques des associations, de certains politiques, et même de certaines organisations internationales qui ont accusé la France d’avoir une police digne de Pinochet, nos politiques ont dit: ‘on va préserver le flash-ball, mais on va mettre dedans des cartouches chamallow'”, tance Loïc Lecouplier, secrétaire national du syndicat, invité sur RMC.

Contrer les accusations de police répressive

Selon lui, c’est parce que ces LBD ont été bridés que les policiers n’ont pas réussi à tenir les casseurs à distance. “On nous a mis des munitions ‘chamallow’ qui ne vont pas assez loin. Si on avait eu des flashball avec des munitions qui nous permettent de contenir les individus à une trentaine de mètres, peut-être que Le Fouquet’s n’aurait pas brûlé et que d’autres n’auraient pas failli cramer chez eux dans leur appartement”, commente-t-il, agacé, sur le plateau de BFMTV.

“En chargeant des munitions ‘chamallows’, les autorités ont voulu se prémunir contre les accusations après le rapport de Jacques Toubon”, avance Denis Jacob, secrétaire général d’Alternative police, contacté par BFMTV.com.

“Plutôt que l’utilisation des LBD qui font courir des risques à l’intégrité physique des manifestants et ceux qui maintiennent l’ordre, d’autres matériels pourraient être utilisés plus largement, le canon à eau par exemple”, avait déclaré le Défenseur des droits au Parisien. Mais “changer nos munitions diminue nos capacités à contenir la violence”, poursuit Denis Jacob qui souhaite que les forces de l’ordre puissent aller au contact pour contenir les pics de violence.

“Mots durs, actes mous”

Notre éditorialiste politique, Christophe Barbier, voit dans ce changement de munition un double discours du gouvernement. “Le tout c’est d’être clair. Quand vous avez un ministre qui dit à longueur de temps ‘le LBD, on ne peut pas y renoncer, on n’a pas d’arme de substitution’ et qui, en douce si j’ose dire, donne pour consigne de remplacer les munitions par ce qu’un syndicaliste a appelé des ‘chamallows’ c’est une ministre qui est dans le double langage.” Et de conclure: “Mots dures, actes mous.”

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account