Municipales : quelles villes devront se mobiliser pour punir la Macronie ?


Pour la bonne cause...


Le 28 juin prochain, dans tout juste une semaine, aura lieu le second tour des élections municipales. Sanction en vue pour LREM ?

Si les élections municipales s’annoncent déjà comme une véritable déroute pour la République en Marche, le parti présidentiel pourrait s’en sortir dans certaines villes si les électeurs ne se mobilisent pas en masse. Tour d’horizon des villes de plus de 100.000 habitants.

Ces villes où LREM peut encore l’emporter

Souvent grâce à des alliances avec LR, des candidats soutenus par le parti présidentiel peuvent encore l’emporter. Les villes suivantes demanderont donc une attention particulière des électeurs. Ce sera bien sûr le cas au Havre, où le premier ministre lui-même sera opposé à la liste de Jean-Paul Lecoq. Même chose à Toulouse, où le maire sortant est soutenu par la majorité et sera opposé à la liste citoyenne d’Antoine Maurice. À Amiens, le bulletin Julien Pradat représente la meilleure chance de battre la Macronie. À Clermont-Ferrand, LREM soutiendra LR face aux candidats PS et LFI.

Il faudra également rester méfiant à Lyon, même si la liste d’union menée par Grégory Doucet a de bonnes chances de battre LREM et ses alliés de LR. À Marseille la liste du Printemps Marseillais conduite par Michèle Rubirola est la mieux placée pour battre le candidat LREM encore en lice. Le vert Xavier Bouvet peut encore battre LR soutenus par LREM à Metz. À Nancy, LREM appuie le maire sortant qui pourrait être défait par Mathieu Klein. À Perpignan, un imbroglio entoure le duel RN-LR. Si LREM soutiendra officiellement LR, certains membres du parti se sont positionnés pour le RN ! Enfin à Tours, LREM soutiendra le maire sortant bousculé par la liste d’Emmanuel Denis.

Ces villes où LREM a peu de chances de l’emporter

Dans certaines villes l’affaire semble entendue, LREM n’aura aucune chance. C’est le cas à Paris où la troisième place est promise aux marcheurs dans une triangulaire où Anne Hidalgo devrait l’emporter face à Rachida Dati. Même topo à Aix-en Provence, Besançon, à Brest, Lille, Orléans, Rennes, Strasbourg, ou Nantes où les candidats LREM ne devraient pas faire un pli. À Rouen, tout comme à Saint-Denis (97) et Villeurbanne la majorité prend part à un duel perdu d’avance. À Grenoble le vert Eric Piolle devrait facilement l’emporter. Enfin, la quadrangulaire ne laisse pratiquement aucune chance aux candidats LREM à Mulhouse comme à Nîmes.

Ces villes où LREM a peu de chances de perdre ou a déjà gagné

Il existe aussi des municipalités où le candidat soutenu par LREM est en très bonne voie et n’a que peu de chance de perdre. C’est le cas notamment à Bordeaux où le maintien de Philippe Poutou devrait favoriser le candidat de la droite. À Nice, LREM soutien le maire sortant Christian Estrosi qui devrait l’emporter facilement. Dans d’autres municipalités, la majorité l’a même déjà emporté dès le premier tour, souvent en soutenant des candidats LR ; c’est le cas à Angers et Caen.

Ces villes où LREM est déjà éliminée

Enfin à certains endroits, les électeurs ont eu la bonne idée d’éliminer LREM dès le premier tour. Citons par exemple Argenteuil, Boulogne-Billancourt, Dijon, Limoges, Le Mans, Montpellier, Montreuil, Reims, Saint-Denis (93), Saint-Etienne, Saint-Paul, ou Toulon.

Dans tous les cas, pour ceux qui le peuvent l’opportunité d’infliger une déroute électorale à la majorité est trop belle pour la manquer.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de