Ce que disait Michel Serres, philosophe et académicien mort à 88 ans



Le 4 juin 2010, Ouest-France publiait son 20 000e numéro, placé sous le signe de l’avenir. En page 2, les lecteurs avaient pu lire un entretien avec Michel Serres, décédé le 1er juin 2019, à 88 ans. Celui qui ne cessait de décrire les bouleversements de la planète nous parlait alors de crise et de renaissance.

Cet entretien avec Michel Serres, réalisé par notre regretté confrère Bernard Le Solleu, est paru dans Ouest-France n°20 000, daté du 4 juin 2010. Alors âgé de 79 ans, l’académicien français, professeur d’histoire des sciences à Paris et aux États-Unis, venait de publier Le temps des cerises, aux éditions Le Pommier. Michel Serres s’est éteint samedi 1er juin 2019, à 88 ans, mais ses mots restent plus que jamais d’actualité.

Crises financière, économique, démographique, culturelle… Que nous arrive-t-il ?

Une sorte d’immense faille s’est ouverte sous nos pieds. Le paysage humain s’est radicalement transformé en quelques décennies. Par contre, nos institutions n’ont pratiquement pas changé. D’où un grand désarroi. Mon intuition est que nous vivons un changement décisif, comme le monde en a très rarement connu : à la fin de l’empire romain, à la Renaissance.

À quelles transformations majeures pensez-vous ?

L’humanité, qui était paysanne depuis des milliers d’années, ne l’est plus. À ma naissance, nous étions un milliard et demi d’humains, nous sommes six milliards. Demain, nous serons neuf milliards. En un siècle, l’espérance de vie a doublé. Tout a changé : nos rapports au corps, à la vie, à la mort, aux savoirs, à la nature… Comment s’étonner, dès lors, que l’enseignement, la politique, la justice, les hôpitaux, soient en crise, en France, comme ailleurs ?

« Nous tenons tous à la paix »

Dans ce tableau des grands changements humains, y en a-t-il un qui vous réjouit ?

La paix ! Ma vie entre l’âge de 6 ans et 25 ans a été marquée par la guerre. La guerre d’Espagne et ses réfugiés que l’on recueillait dans mon Sud-Ouest natal. La Seconde Guerre mondiale. La Shoah. Les guerres coloniales. La guerre d’Algérie où j’étais soldat. Jamais l’Europe n’a connu soixante ans sans guerre depuis la guerre de Troie. En 14-18, on peut le lire sur les monuments aux morts, des villages perdaient tous leurs fils. En 39-45, à nouveau des victimes par dizaines de millions. Vous imaginez l’Occident sacrifier ainsi aujourd’hui ses enfants ? Impossible. Je ne connais pas meilleure nouvelle ! Fragile, l’Europe ? Non. Nous tenons tous à la paix.

Nos institutions ont peu changé, dites-vous. Pourtant, le pouvoir semble être passé aux mains de la grande finance. Non ?

On a vu s’effacer effectivement, progressivement, les pouvoirs religieux, militaires, politiques. Celui de la grande finance a sans doute été décuplé, mais son pouvoir est extrêmement fragile. D’une certaine manière, la crise de la finance appartient à la liste des changements observés. L’essentiel aujourd’hui est que les gens comprennent que nous traversons une période exceptionnelle, et non pas une crise de plus.

« Créer un parlement planétaire de défense de la nature »

Vous décrivez aussi une humanité avide de spectacles, de jeux, souvent coupée du monde réel ?

Il est vrai que nous vivons dans une société du spectacle. Mais, parallèlement, je crois que chaque individu dispose de davantage de responsabilité et d’efficacité qu’autrefois. Nous avons longtemps fonctionné dans un cadre étroit : la tribu, la famille, le village… Désormais, l’individu peut tenir son destin entre ses mains. Je ne suis pas pessimiste.

Si vous aviez le pouvoir de créer une nouvelle institution, par laquelle commenceriez-vous ?

Je plaide depuis longtemps en faveur d’un parlement planétaire de défense de la nature, où les scientifiques y auraient toute leur place. On a beaucoup parlé de la conférence de Copenhague sur le climat. De son échec. Mais, pour la première fois à cette échelle, la communauté des savants et la communauté des politiques ont pu discuter de l’avenir de la planète. J’y vois un bon signe.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Mona
3 années il y a

…Paix à l’âme de Michel Serres …mais tout de même ! …n’exagérons pas !!! Michel Serres avait dit que les panneaux publicitaires étaient des coups de poing atroces dans la g…. ! …sauf que les panneaux publicitaires sont une vraie économie, créatrice d’emplois… contribuent à l’essor de l’économie locale et régionale… N’en faisons pas des tonnes sur sa disparition ! …les afficheurs ne lui disent pas merci ! ….paix à son âme quand même ! Si ça se trouve, il va se retrouver au paradis entouré de panneaux (…de longue conservation !!!) sur la vie éternelle ! Longue vie éternelle… Lire la suite »

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account