VIDÉO. L’ancienne députée et l’essayiste ont été approchés pour faire une alliance. Les deux auraient considéré la proposition, avant de la refuser. Par Hugo Domenach.

L’extrême droite rêve de cette union. Pendant quelques jours, elle a dépassé le stade du fantasme pour devenir un projet. L’idée d’une liste commune entre Éric Zemmour et Marion Maréchal pour les européennes a d’abord germé dans la tête d’un célèbre agent matrimonial politique spécialisé dans l’union des droites. Connu pour avoir organisé la rencontre entre Marine Le Pen et Florian Philippot, tenté de « marier » Nicolas Dupont-Aignan avec Philippe de Villiers, François Fillon, puis Jean-Frédéric Poisson, Paul-Marie Coûteaux a lancé un ballon d’essai pour unir l’essayiste d’extrême droite et la petite-fille de Jean-Marie Le Pen. Au mois de novembre, l’ancien député souverainiste appelle l’un et l’autre pour leur soumettre son projet. Les deux l’auraient, selon lui, considéré. « Ils m’ont écouté poliment. Ils n’ont pas écarté l’idée de premier abord. Ils ne l’ont pas trouvée farfelue. Je crois que chacun des deux avait de bonnes raisons de dire oui et de dire non », raconte-t-il. Et d’ajouter : « Ils en ont parlé sans que je sois là. Ils se voient régulièrement. » Éric Zemmour a notamment donné une conférence à l’Issep, l’école ouverte à Lyon par Marion Maréchal, le 14 novembre 2018.

« Elle ne partira pas avec vous »

Paul-Marie Coûteaux organise alors une rencontre entre un proche de Marion Maréchal et le journaliste. Au cours de la discussion à bâtons rompus, Zemmour lui demande ce qu’il en pense. « Je pense qu’elle verrait votre engagement d’un œil favorable, mais qu’elle ne partira pas avec vous », lui rétorque-t-il. À l’époque, nombre de ses proches la poussent à retrouver l’arène politique dès les européennes. Certains d’entre eux ont même déjà préparé un logo. Mais si l’idée est alléchante, Marion Maréchal considère que ce n’est pas le bon moment ni les bonnes élections. « Je n’ai jamais eu l’intention de partir aux européennes », jure au Point celle qui fait actuellement la couverture du magazine Valeurs actuelles et qui y décline sa vision de l’Europe dans une interview-fleuve.

Si Éric Zemmour était plus enthousiaste qu’elle, il n’était pas non plus totalement convaincu. Le journaliste n’avait pas eu une envie démesurée de passer du temps à Strasbourg. Et il considère que son rôle qui consiste à infuser ses idées dans la société en vendant des livres et en participant à des émissions est utile. Mais si son dernier livre, Un destin français, est un best-seller (un peu moins de 100 000 exemplaires vendus à la fin de l’année), il s’est tout de même moins bien écoulé que les autres. De quoi lui donner de plus en plus envie de s’engager autrement. Toutefois, il ne se lancera pas dans n’importe quelle condition. Il a refusé plusieurs propositions de figurer sur des listes aux européennes. Notamment celle du député Jean Lassalle. Contacté, il n’a pas souhaité réagir.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account